Une revue de l'Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

La «langue peuple» dans le roman français

Show full item record

Files in this item

PDF HERMES_2005_42_101.pdf 143.2Kb
Pour citer ce document :
URI http://hdl.handle.net/2042/8989
DOI https://doi.org/10.4267/2042/8989
Title La «langue peuple» dans le roman français
Author MEIZOZ, Jérome
Abstract Durant l'entre-deux guerres, en France, suite aux changements sociaux répercutés dans le champ littéraire, nombre d'écrivains, de critiques, de grammairiens s'interrogent sur la place du «peuple» dans la représentation littéraire. Non seulement sur le rôle des personnages populaires dans le roman, comme le suggère le mouvement populiste né en 1930, mais également sur celui de la représentation de la langue parlée par le «peuple». Plusieurs solutions s'ébauchent et font l'objet de débats (Ramuz, Giono, Queneau), dont la plus audacieuse peut être décrite comme une nouvelle narration oralisée, sanctionnée par le succès de Voyage au bout de la nuit (1932), de L.-F. Céline.
Description During the 1919-1939, many writers and critics think about the representation of popular language in the modern novel, and their political consequences. Not only about the popular characters, not only about the dialogues, but also about the techniques of narrative transposition of orality. Many solutions exist, and create violent debates between the critics and the writers. For example, Giono, Ramuz, Queneau or Cendrars use forms of oralisation in their narration. L. F. Celine is the most famous of these writers, because of the success of "Travel to the end of Night" (1932).
Subject Langue populaire; Entre deux guerres; France; Littérature; Personnage; Représentation; Populisme; Roman; Interwar; France; Literature; Character; Representation; Populism; Novel
Publisher CNRS Editions, Paris (FRA)
Date 2005

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search