Gestion forestière intégrée des insectes ravageurs : exemple par l’étude de la niche écologique du hanneton forestier (Melolontha hippocastani Fabr. 1801)

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_2019_71_6_553_Cours.pdf 1.513Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/70886  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/70886
Title: Gestion forestière intégrée des insectes ravageurs : exemple par l’étude de la niche écologique du hanneton forestier (Melolontha hippocastani Fabr. 1801)
Author: Cours, Jérémy; Nageleisen, Louis-Michel; Touffait, Régine
Abstract: Depuis une dizaine d’années, nous observons une recrudescence de dégâts imputables au hanneton forestier (Melolontha hippocastani) dans différentes forêts françaises. Ils consomment les racines et causent la mort des semis et plants forestiers et sont suspectés d’être un facteur supplémentaire de dépérissement forestier. Dans ce cadre, trois études ont été mises en œuvre dans les forêts des Vosges du Nord, en 2014, 2018 et 2019. Cet article cherche à synthétiser les résultats obtenus. Il apparaît que les sols sableux sont les plus favorables à l’espèce. Par ailleurs, le couvert dense de la strate arbustive basse induit des effets négatifs sur la ponte des œufs. D’autre part, les peuplements mélangés (feuillus-résineux) à prépondérance de chênes sont les plus favorables à un grand nombre de pontes et de larves dans le sol. Enfin, l’ouverture de la cano- pée semble jouer un rôle positif sur le choix du lieu de ponte. Nous discutons en fin d’article sur les règles sylvicoles pouvant être préconisées.During the last ten years, an increase in the damage attributable to the forest cockchafer (Melolontha hippo- castani) has been observed in various French forests. They consume the roots and kill seeded plants and seedlings. They are also suspected of being a supplementary factor in forest dieback. This is the context in which three studies were set up in the forests of the Northern Vosges in 2014, 2018 and 2019. This article sums up the results obtained. Sandy soils appear to be the most favourable for this species. The dense vege- tation of the low shrub stratum induces negative effects on egg-laying. In contrast, mixed stands (hardwoods- softwoods) with a predominance of oak are the most favourable in terms of frequency of egg-laying and numbers of grubs in the soil. Finally, opening up the canopy appears to play a positive role on the choice of egg-laying sites. At the end of the article, we discuss possible silvicultural rules that can be recommended.
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2019

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search