Cartographie de la biophonie des écosystèmes côtiers

Show full item record

Files in this item

PDF TraitSignal_2016_33_1_131_Lossent.pdf 1.516Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/70347
Title: Cartographie de la biophonie des écosystèmes côtiers
Author: Julie, Lossent; Cédric, Gervaise; Lucia, Di Iorio; Pierre, Boissery
Abstract: 1922 segments de 10 secondes de mesures sonores ont été enregistrés dans une zone de 4 km² comprise entre le trait de côte et l’isobathe 50 m à la pointe de la Revelatta (Calvi, Corse). Nous caractérisons le paysage acoustique de cette zone complexe qui présente 4 habitats (roche, herbier, sable et coralligène) entrelacés. Le SPL calculé sur la bande biophonique [2 kHz, 40 kHz] est maximum sur la frange rocheuse et décroît vers le large en suivant la régression SPL (Sound pressure Level, dB re. 1μPa) = 147 – 14log10(r) où r est la distance à la côte. Ce modèle de régression s’appuyant sur des considérations énergétiques uniquement laisse penser que les émissions sonores de la roche sont fortes et qu’elles se propagent vers les autres habitats dont les biophonies ne seraient que des captations de celle de la roche. Pour évaluer la validité de cette hypothèse, nous avons étudié la diversité des formes spectrales mesurées. Pour cela, nous avons calculé une analyse en composantes principales (ACP) des 2 millions de spectres collectés. Les deux premières valeurs propres de l’ACP résument plus de 50 % de la variabilité totale des spectres et 80 % de la variabilité de la forme des impulsions. Les scores 1 et 2 de l’ACP forment un nuage continu que nous avons segmenté en 4 familles en fonction du quadrant du plan {score 1, score 2} auquel ils appartiennent. Ces 4 familles définissent 3 signatures spectrales de la biophonie du site étudié (les signatures des quadrants 1 et 2 étant proches) : des impulsions présentant un maximum marqué vers 3 et 4 kHz, des impulsions présentant une bosse entre 5 et 12 kHz, des impulsions présentant un maximum haute fréquence au-delà de 20 kHz. Les 4 proportions des impulsions générées par un habitat dans les quatre quadrants du plan {score 1, score 2} de l’ACP sont proposées comme descripteur de la diversité des formes spectrales de la biophonie d’un habitat. À partir de ce quadruplet de descripteurs, nous avons pu affiner la description du paysage acoustique, bâti initialement sur des considérations énergétiques. Les signatures spectrales des 4 habitats sont constituées des mêmes quatre ingrédients mais dans des proportions différentes. Le coralligène possède une biophonie spécifique différente des autres habitats et cette biophonie est créée par des impulsions hautes fréquences émises au sein du coralligène. La roche présente une production sonore forte avec une grande proportion d’impulsions basses fréquences autour de 3 à 4 KHz. L’herbier et le sable ne produisent pas ou peu d’impulsions, l’herbier écoute la production sonore de la roche alors que le sable écoute celles de la roche et du coralligène.1922 10s-long snapshots of sounds have been measured in a small 4km2 coastal area (depth from 0 m to 50 m) near the pointe of Revelatta, (Calvi, Corse). Our aim is to build the soundscape of this complex area hosting 4 interleaved habitats (rocks, seagrass, sand, coralligenous). Wide Band [2 kHz, 40 kHz] SPL is maximum at the rocks and decrease offshore with the regression law: SPL (dB re.1μPa) = 147 – 14log10(r) with r the distance to the coastline. The range of detection of the biophony of the rocks extends from 1800m to 8300m. This regression law based on energetic criteria only allows to think that the biophony of the rocks is loud and propagates to the others habitats. We assess the diversity of the spectral shape of the biophony by computing the PCA of 2 million of measured spectra. The two first eigenvalues explain 50% of the spectral variability. The spectra and their scores 1 and 2 create a continuous cloud in {score 1, score 2} plan. Then, we propose to segment the data in 4 quadrants depending of the sign of score 1 and score 2 of the PCA. Each quadrant produces a family of spectral signatures (spectrum with high peak at 3 kHz and 4 KHz, spectrum with wide bump between 5 kHz and 12 kHz, spectrum with maximum at high frequency more than 20 kHz). The 4 proportions of impulses from a given habitat in each of the 4 quadrants are proposed to describe the diversity of spectrum shape of this habitat. For our data base, each habitat hosted the four families of spectral signature but with different proportions. The coralligenous hosts its own sound production with high frequency impulses. The rocks hosts its own sound production with low frequency impulses. Seagrass habitats listen to the rocks and sand habitats listen to the rocks and the coralligenous.
Subject: paysages acoustiques sous-marins; biophonie; habitats benthiques; analyse en composantes principales; monitorage par acoustique passive; underwater soundscapes; biophony; benthic habitats; principal component analysis; passive acoustic monitoring
Publisher: Lavoisier
Date: 2016

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search