Organismes de quarantaine forestiers : Analyse des risques et mesures phytosanitaires

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_2018_70_6_663_Orlinski.pdf 424.4Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/70319  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/70319
Title: Organismes de quarantaine forestiers : Analyse des risques et mesures phytosanitaires
Author: Orlinski, Andrei D.
Abstract: L’augmentation des mouvements de plantes forestières et de végétaux à l’échelon international est à l’origine d’un nombre croissant d’introductions de nouveaux ravageurs dans les pays importateurs. Au niveau mondial, la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) coordonne les travaux en matière phytosanitaire. Les principes phytosanitaires sont développés sous forme de compromis entre la CIPV et l’Accord SPS de l’OMC. En Europe, l’Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) coordonne les travaux sur la prévention de l’introduction et de la propagation des ravageurs réglementés (de quarantaine ou non). La classification d’un organisme nuisible comme réglementé ou non fait suite à une analyse du risque phytosanitaire (ARP) effectuée selon les processus internationalement reconnus. Les principales étapes de l’ARP sont (1) la mise en route du processus, (2) l’évaluation du risque (de probabilité d’introduction, de propagation et d’établissement d’un organisme nuisible, et les incidences potentielles associées pour l’économie et l’environnement) et (3) la gestion du risque afin de sélectionner les mesures phytosanitaires (dans le pays exportateur, pendant le transport, au point d’entrée, etc.) afin de prévenir l’introduction et la propagation du ravageur sur de nouveaux territoires. Les mesures phytosanitaires peuvent être mises en oeuvre sur les expéditions, la culture afin de limiter l’infestation d’origine, à des espaces ou lieux de production afin d’assurer que ces derniers soient indemnes de ravageurs.The increase in the international movement of forest plants and plant products results in an increasing number of introductions of new pests to the importing countries. At the global level, the International plant protection convention (IPPC) is coordinating phytosanitary works. Phytosanitary principles are developed in compromise between IPPC and SPS Agreement of WTO. In Europe, the European and Mediterranean Plant Protection Organization (EPPO), is coordinating work to prevent introduction and spread of regulated (quarantine and nonquarantine) pests. To decide whether a pest should be classified as a regulated pest, Pest Risk Analysis (PRA) is performed according to internationally approved schemes. The main stages of PRA are (1) initiation, (2) risk assessment (for probability of entry, spread and establishment of a pest, and potential economic and environmental impact associated) and (3) risk management to select phytosanitary measures (in the exporting country, in transit, at the point of entry, etc.) to prevent entry and spread of the pest in new areas. Phytosanitary measures can be applied to consignments, to the crop to reduce original infestation, to areas or places of production to ensure there freedom of pests.
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2018

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search