De quelles preuves scientifiques disposons-nous concernant les effets des forêts et des arbres sur la santé et le bien-être humains ?

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_2018_70_2-3-4_379_Nilsson.pdf 418.3Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/70009  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/70009
Title: De quelles preuves scientifiques disposons-nous concernant les effets des forêts et des arbres sur la santé et le bien-être humains ?
Author: Nilsson, Kjell; Bentsen, Peter; Grahn, Patrik; Mygind, Lærke
Abstract: Dans la société actuelle, les maladies liées au mode de vie jouent un rôle de plus en plus important dans les causes de mauvaise santé. L’accès et le séjour dans des environnements qui contiennent des éléments naturels tels que les forêts, les parcs et les jardins ont attiré l’attention pour leur capacité à favoriser la santé et le bien-être humains. Un domaine de recherche à part entière s’est développé pour expliquer et attester du lien entre accès et activités dans la nature et santé humaine. L’action COST E39 « Forêts, arbres et la santé et le bien-être humains », initiée en 2004 et achevée en 2009, avait pour but de réunir des chercheurs européens qui travaillent sur les différents aspects de la relation entre nature et santé. Ses principaux résultats ont été présentés dans le livre Forests, Trees and Human Health publié en 2011. Cet article porte sur trois questions de recherche centrales concernant la relation entre nature et santé : les effets réparateurs, instauratifs et salutaires sur la santé humaine, les effets sur la santé des activités physiques de plein air et les interventions thérapeutiques telles que les jardins thérapeutiques et les bains de forêt. Une revue systématique de la recherche menée à la suite de l’action COST, permet d’aboutir aux conclusions suivantes : 1) Un nombre remarquable de publications de recherche mettent en évidence une corrélation statistique entre l’accès à la nature et aux espaces verts et l’activité physique humaine et la santé. Cependant, peu d’études établissent une relation de cause à effet permettant d’affirmer que l’accès aux espaces verts entraîne une plus grande activité physique et une meilleure santé. 2) La recherche existante sur les activités de plein air dans des environnements naturels fait état d’un certain nombre d’associations positives et effets sur la santé, dont certains sont solidement appuyés par des preuves, bien que sujets à des réserves quant à l’applicabilité immédiate des conclusions qu’on peut en tirer. 3) Beaucoup d’études montrent que des thérapies fondées sur la nature fonctionnent et donnent lieu à des effets clairement positifs, mais la qualité de ces études fait l’objet de sérieuses critiques. Enfin, les auteurs recommandent qu’une plus grande place soit accordée aux recherches sur les bénéfices économiques tirés des effets que la nature procure sur la santé et d’élargir la base théorique des études. De plus, une meilleure intégration de ces connaissances dans les politiques de la santé et leur mise en œuvre pratique dans le cadre de l’urbanisme et de la gestion des forêts sont à envisager.In today’s modern society, lifestyle-related diseases play an increasingly important role as the cause of bad health. Staying in and access to environments that contain natural elements such as forests, parks and gardens has been featured because of its potential to stimulating people’s health and well-being. An inde-pendent research area has developed, which addresses issues that try to explain anddocument the health effects of access to and activities in nature. To bring together European researchers working with different aspects of the relation between nature and health, COST Action E39 “Forests, Trees, and Human Health and Wellbeing” was established in 2004 and terminated in November 2009. The main results of COST E39 was presented in the book “Forests, Trees and Human Health” published in 2011. This article focuses on three central research questions regarding the relationship between nature and health: (1) Nature’s restorative and salutogenic effects on human beings, (2) Health effects of outdoor physical activities, and (3) Therapeutic interventions such as therapy gardens and forest bathing. Based on a systematic review of research carried out in the aftermath of the COST Action the following conclusions are made: (1) There is a remarkable amount of research publications showing a statistical correlation between access to nature and green areas and human physical activity and health. However, there are few studies that really prove a causal relationship, i.e. that access to green areas leads to increased physical activity and better health. (2) The existing research on outdoor activities in natural environments describes a number of positive associations and effects on health, and the evidence for some of these are convincing, albeit there must be reservations for the immediate appli-cability of the conclusions. (3) A lot of studies also show that nature-based therapeutic interventions work and provide clear positive effects, but there is serious criticism about the quality of the studies. Finally, the authors suggest more emphasis on research regarding the economic benefits of nature’s health effects, more research on the effects of nature-based therapeutic interventions, and of broadening the theoretical basis. Furthermore, we foresee a better integration with health policies and practical implementation within urban planning and forest management.
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2018

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search