Passé, présent et avenir du contrôle des pathologies des volailles

Show full item record

Files in this item

PDF 12_bouzouaia.pdf 122.6Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/68962  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/68962
Title: Passé, présent et avenir du contrôle des pathologies des volailles
Author: Bouzouaia, Moncef
Abstract: La demande sur les protéines d’origine animale et en particulier sur les produits avicoles est de plus en plus importante, et il en résulte un besoin de plus en plus impérieux d’intensification de la production ce qui représente un facteur d’augmentation des risques sanitaires. En même temps les lobbies de consommateurs ont augmenté leurs niveaux d’exigences en matière de qualité des produits refusant légitimement les résidus de substances chimiques, de médicaments, la présence de germes zoonotiques et se préoccupant de plus en plus d’environnement et de bien-être animal. Les stratégies de contrôle des maladies, mises au service de ces productions ont connu beaucoup de développements, avec de la biosécurité, des plans d’éradication, et des programmes de vaccination de plus en plus élaborés avec des vaccins classiques « vivants » ou « inactivés », évoluant à la demande des utilisateurs vers des vaccins plus faciles à utiliser et plus efficaces. C’est ainsi que sont apparus des vaccins fruits de travaux de génie génétique assurant une bonne protection, sans réactions post vaccinales, et sans pouvoir de dissémination, utilisés de plus en plus tôt dans la vie de l’animal. Les futures voies de production de vaccins dits de troisième génération sont représentées par les vaccins à ADN et les vaccins produits sur plantes très prometteurs. La disponibilité et le succès de ces nouvelles générations de vaccins vont dépendre des moyens consacrés à la recherche, de la pertinence et de l’adaptation aux différents marchés et de leur attractivité, cela va dépendre enfin de la liberté d’opérer qui peut être limité par de nouvelles contraintes comme les brevets sur le vivant.The demand for animal protein and in particular for poultry products is becoming more and more important, and the result is a growing need for intensification of production, which represents a risk-increasing health factor. At the same time consumer lobbies have increased their levels of product quality requirements legitimately refusing residues of chemical substances, drugs, the presence of zoonotic germs and worrying more and more about the environment and animal well-being. Disease control strategies at the service of these productions have undergone many developments, including biosecurity, eradication plans, and increasingly elaborate vaccination programs with traditional “live” or “inactivated” vaccines. “, Evolving at the request of users to vaccines easier to use and more effective. This is how vaccines have emerged from genetic engineering works providing good protection, without post-vaccine reactions, and without the ability to spread, used earlier in the animal’s life. Future production routes for so-called third-generation vaccines are represented by DNA vaccines and vaccines produced on plants. The availability and success of these new generations of vaccines will depend on the resources devoted to research, the relevance and adaptation to different markets and their attractiveness, it will depend finally on the freedom to operate which can be limited by new constraints such as patents on the living.
Subject: volailles; pathologie; biosécurité; vaccins; génie génétique; poultry; pathology; biosecurity; vaccines; genetic engineering
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2018

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search