Bookmark and Share

Régulation de l’activité reproductrice des ectoparasites par le cycle de reproduction de l’hôte et stratégie de dispersion : cas de Eucampsipoda madagascarensis (Nycteribiidae : Diptera) chez Rousettus madagascariensis (Pteropodidae : Chiroptera)

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2018_73_4_514.pdf 367.9Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/68563
Title: Régulation de l’activité reproductrice des ectoparasites par le cycle de reproduction de l’hôte et stratégie de dispersion : cas de Eucampsipoda madagascarensis (Nycteribiidae : Diptera) chez Rousettus madagascariensis (Pteropodidae : Chiroptera)
Author: Rajemison, Faneva I.; Noroalintseheno Lalarivoniaina, Oliva S.; Andrianarimisa, Aristide; Goodman, Steven M.
Abstract: Ce travail présente des détails sur la biologie de reproduction de la mouche ectoparasite, Eucampsipoda madagascarensis (Nycteribiidae), de Rousettus madagascariensis, une espèce de chauve-souris frugivore endémique de Madagascar. La synchronisation du cycle de reproduction de cet ectoparasite avec celui de son hôte est mise en exergue. Les données ont été recueillies sur R. madagascariensis utilisant une grotte comme gîte diurne dans le Parc National d’Ankarana, à l’extrême nord de Madagascar. Ce gîte a été échantillonné à cinq reprises, dont trois en fin de saison sèche (septembre 2014, 2015 et 2016), correspondant à la saison d’accouplement de la chauve-souris, et deux pendant la saison des pluies (janvier 2015 et 2016), coïncidant avec la période de mise bas et d’allaitement. Sur tous les individus de R. madagascariensis capturés au cours des différentes visites (n = 1030), une seule espèce de Nycteribiidae, E. madagascarensis (n = 5201), a été identifiée. La majorité des nyctéribies femelles collectées au cours de ces deux saisons sont gravides. Pendant la période d’accouplement de la chauve-souris (saison sèche), les mouches femelles gravides n’ont généralement de préférence ni pour l’hôte mâle ni pour l’hôte femelle. Mais pendant la période de mise bas et d’allaitement (saison des pluies), les nyctéribies gravides parasitent surtout les hôtes femelles allaitantes. Les hôtes mâles à testicules scrotaux sont plus parasités que ceux à testicules abdominaux par les nyctéribies gravides durant la période d’accouplement comparativement à la période de mise bas et d’allaitement. Nous donnons des explications sur la stratégie de reproduction de l’ectoparasite suivant le changement de l’état physiologique de l’hôte entre ces deux périodes de reproduction. Cependant, la stratégie de dispersion des ectoparasites n’est pas évidente si l’on tient compte d’une possibilité de dispersion des chauves-souris.Details are presented on the reproductive biology of a bat fly, Eucampsipoda madagascarensis (Nycteribiidae) parasitizing Rousettus madagascariensis, a fruit bat endemic to Madagascar, specifically to examine possible synchronization of the host-parasite reproductive cycles. Data were collected at a cave in the Parc National d’Ankarana, northern Madagascar, used by the bat species as a day roost site. Rousettus were sampled on five occasions, at the end of the dry season (September 2014, 2015 and 2016), corresponding to its mating period, and during the rainy season (January 2015 and 2016), coinciding with the birth season and lactation period. The only nycteribiid fly identified from captured R. madagascariensis (n = 1030) was E. madagascarensis (n = 5201). Female flies were gravid during both seasons. During the bat mating period (dry season), gravid female flies showed no preference for hosts in reproductive or non-reproductive states. During the lactation period (rainy season), gravid flies disproportionately parasitized lactating females. During the mating period, as compared to the lactation period, male bats with scrotal testes were more parasitized by gravid flies than those with abdominal testes. These observations are discussed in relationship to shifts in host physiological states between these two seasonal periods and ectoparasite reproduction strategies. No evidence was found of expanded fly reproductive activity during the period it is presumed that this fruit bat disperses.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2018

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record