Bookmark and Share

Conservation d’une population de Mouflon à manchettes (Ammotragus lervia Pallas, 1777) (Mammalia, Bovidae) dans un espace clos : cas de la réserve d’Amassine dans le Haut-Atlas (Parc National du Toubkal, Maroc)

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2018_73_4_474.pdf 921.8Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/68560
Title: Conservation d’une population de Mouflon à manchettes (Ammotragus lervia Pallas, 1777) (Mammalia, Bovidae) dans un espace clos : cas de la réserve d’Amassine dans le Haut-Atlas (Parc National du Toubkal, Maroc)
Author: Ramzi, Hassan; Qarro, Mohammed; Zine El Abidine, Abdenbi; Abrioui, Amine
Abstract: La réserve animalière d’Amassine, installée dans le Parc National de Toubkal (Haut Atlas central), destinée à la conservation du Mouflon à manchettes (Ammotragus lervia), montre des signes de déséquilibre entre l’effectif de l’animal et la capacité d’accueil du milieu. La présente étude a pour objectif d’évaluer ce déséquilibre selon le niveau de population du Mouflon à manchettes, à travers le diagnostic de l’état de la végétation et l’analyse de leurs interactions. Depuis l’introduction de 10 individus dans une zone clôturée (150 ha) en 1999, les effectifs de l’animal ont augmenté pour atteindre 85 individus en 2006 avec une densité de 56,67 mouflons/100 ha. Puis la population a régressé constamment pour atteindre 24 individus en 2015 soit une densité de 16 individus/100 ha. L’augmentation de l’effectif du mouflon a été accompagnée par un accroissement de la pression sur la végétation. Le taux de dégâts global sur la végétation important est évalué à 10,98% en 2015. En outre, les populations riveraines tolèrent mal l’installation de la réserve à mouflons à cause de sa localisation au sein de leur espace d’activité. L’état actuel de la réserve d’Amassine compromet l’objectif de conservation et de réhabilitation du Mouflon à manchettes. La conservation de cet animal aurait nécessité une concertation préalable avec les populations locales, un suivi bioécologique permanent de l’animal et l’adoption d’une approche de gestion de la réserve permettant un équilibre durable entre l’animal et les ressources du milieu.The Amassine reserve, located in the Toubkal National Park (Central High Atlas) and intended for the conservation of the Barbary sheep (Ammotragus lervia), shows signs of imbalance between the population size and the carrying capacity of the environment. The objective of this study is to assess this imbalance according the population size, through the diagnosis of the state of the vegetation and the analysis of their interactions. Since the introduction of 10 individuals in a fenced area of 150 ha in 1999, the animal population has increased to 85 individuals in 2006 with a density of 56.67 Barbary sheep / 100 ha but decreased to 24 in 2015 (16 individuals / 100 ha). The increase in number was accompanied by herbivory pressure over time. An overall global damage rate on vegetation was estimated at 10.98 % in 2015. In addition, the installation of the reserve is poorly tolerated by the human local populations because of its location within their activity space. The present state of the Amassine reserve undermines the objective of conservation and rehabilitation of the animal. The conservation of this animal would have required prior consultation with the local population, a permanent bioecological monitoring and the adoption of a management approach of the reserve allowing a sustainable balance between the animal and the resources of the environment.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2018

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record