Métabolisme de l’urée dans le tube digestif du porc : données préliminaires qualitatives et quantitatives

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_1979_2_333.pdf 766.2Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/65480  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/65480
Title: Métabolisme de l’urée dans le tube digestif du porc : données préliminaires qualitatives et quantitatives
Author: Rerat, A.; Lisoprawski, C.; Vaissade, P.; Vaugelade, P.
Abstract: La méthode directe d’étude des échanges de nutriments entre le sang et les contenus digestifs, déjà exposée ici (Rerat, 1977) a été appliquée à l'étude du passage de l’urée sanguine vers la lumière intestinale et de sa métabolisation en ammoniac chez le porc au cours de cinq répétitions à niveaux alimentaires différents permettant de comparer chez un même animal des régimes à 12 p. 100 de protéines contenant ou non de l’urée (3 p. 100). Il se produit une sécrétion brute permanente d urée en provenance du sang vers le tube digestif qui s’élève à près d’un gramme par heure au cours de la digestion de repas équilibrés chez des sujets en bonne santé. L’urée sécrétée n’est que partiellement dégradée (moins de 50 p. 100) en ammoniac. L’urée fournie par voie alimentaire est rapi dement absorbée (en cinq heures environ), et son addition au régime ne se traduit pas par une élévation significative des quantités d’ammoniac produites au cours de la période d’étude postprandiale (8 h) chez des animaux non adaptés à cette addition d urée.The previously reported direct method of determination of the exchanges of nutriments between blood and digestive contents (Rerat, 1977) was applied to the study of the passage of blood urea towards the intestinal lumen and its meta- bolization into ammonia in the pig. Using five replications at different feeding levels it was possible to compare in one and the same animal diets containing 12 p. 100 protein and either no urea or 3 p. 100. The amount of blood urea permanently secreted in the gut during digestion of a balanced meal in healthy animals ranged around 1 gramme per hour. The urea secreted was only partially degraded ( less than 50 p. 100) into ammonia. Dietary urea was rapidly absorbed (within about 5 hours) and its addition to the diet did not lead to a significant elevation in the amounts of ammonia produced during the postprandial period (8 h) in animals non adapted to this addition of urea.
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 1979

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search