Internet des BRICS et désoccidentalisation des sciences de la communication

Show simple item record

dc.contributor.author Thussu, Daya -
dc.date.accessioned 2018-01-17T07:44:40Z
dc.date.available 2018-01-17T07:44:40Z
dc.date.issued 2017 -
dc.identifier.citation Thussu, Daya. Internet des BRICS et désoccidentalisation des sciences de la communication. Hermès, Les BRICS, un espace ignoré, 2017, 79, p. 65 -
dc.identifier.isbn 978-2-271-11757-1 -
dc.identifier.issn 1963-1006 -
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/2042/64701
dc.description.abstract Nous sommes à l’ère des médias, dynamique et numérisée, en activité constante, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Dans ce contexte, les flux de communication multilingues se multiplient et les pays des BRICS jouent un rôle majeur dans cette évolution. La présence des BRICS sur la scène médiatique mondiale a toutes les chances de prendre de l’ampleur au vu du développement convergent des contenus et des technologies mobiles via un Internet de plus en plus multilingue. La Chine est déjà le pays qui compte le plus grand nombre d’utilisateurs d’Internet, devant l’Inde, avec une utilisation qui passe majoritairement par des plateformes mobiles. La Russie, le Brésil et l’Afrique du Sud ont également enregistré une importante expansion des communications en ligne. Au cours des dix dernières années, l’Internet en langue russe (« RuNet ») a connu une croissance exceptionnelle tandis qu’en Chine, le gouvernement ainsi que des cyber-sociétés (à l’instar d’Alibaba) se font les champions de la promotion de l’Internet pour défendre la place de deuxième économie mondiale du pays. L’Inde, qui dispose d’un ambitieux programme de développement du numérique (« Digital India ») et de la plus grande industrie cinématographique du monde, est aussi un centre névralgique de l’industrie informatique mondiale et son potentiel d’exportation des produits culturels est en forte croissance. Internet connaît une progression rapide au Brésil, où les pouvoirs publics ont entrepris des expériences innovantes en matière d’administration du web. L’Internet mobile devrait également gagner du terrain en Afrique du Sud, au fur et à mesure que la technologie 4G y devient plus abordable. Quelles conséquences cette connectivité numérique va-t‑elle avoir sur les flux d’actualités, l’organisation de l’information et de la communication, et la pluralité des médias à l’échelle mondiale ? Quelles en seront les implications pour les sciences de l’information, de la communication et des médias, discipline qui a vu le jour en Occident ? L’article montre que les BRICS sont bien placés pour restructurer la recherche mondiale en communication, contribuer à la démocratisation des médias internationaux dans un monde polycentrique et favoriser la poursuite de la désoccidentalisation des médias et de la recherche qui leur est consacrée. fr
dc.description.abstract In our dynamic, digitised, 24/7 media age, multilingual communication is increasing, with the BRICS countries playing a key role. The global presence of BRICS media is likely to expand with the growing convergence of mobile communications technologies and content via the increasingly multi-lingual Internet. China already has the world’s largest population of Internet users, ahead of India, mainly using mobile phone platforms. Russia, Brazil and South Africa are also seeing rapid growth in on-line communication. In the last ten years, Runet, the Russian-language Internet, has expanded greatly, while the Chinese government and cyber-companies such as Alibaba have taken the lead in promoting the country’s Internet to support its position as the world’s second largest economy. India, with its ambitious ‘Digital India’ programme and the world’s largest film industry, as well as its position as a hub for the global IT industry, has growing potential for cultural exports. In Brazil, the Internet is also expanding rapidly and the government has launched innovative experiments in Internet governance, while mobile internet expansion in South Africa is set to accelerate as 4G connections become more affordable. What impacts will this digital connectivity have on global news flows, the organisation of information and communication and media plurality around the world ? What will be the implications for information, communication and media studies, a field that developed in the West ? Our paper suggests that the BRICS nations have the potential to reframe global research on communication, contribute to the democratisation of global media in a polycentric world and thus to further the de-westernisation of the media and media studies. en
dc.language.iso fr -
dc.publisher CNRS Editions, Paris (FRA) -
dc.relation.ispartof Des tensions pour une reconnaissance controversée en
dc.relation.ispartofseries Hermès -
dc.rights Accès libre avec barrière mobile 4 ans - Licence d'utilisation : http://irevues.inist.fr/utilisation -
dc.source Hermès [ISSN 0767-9513], Les BRICS, un espace ignoré, 2017, 79, p. 65 -
dc.subject BRICS fr
dc.subject Internet fr
dc.subject mondialisation fr
dc.subject désoccidentalisation fr
dc.subject Chine fr
dc.subject Inde fr
dc.subject sciences de l’information fr
dc.subject de la communication et des médias fr
dc.subject BRICS en
dc.subject Internet en
dc.subject globalization en
dc.subject de-Westernization en
dc.subject China en
dc.subject India en
dc.subject media studies en
dc.title Internet des BRICS et désoccidentalisation des sciences de la communication fr
dc.title.alternative A BRICS Internet and the de-Westernisation of Media Studies en
dc.type Article -
dc.contributor.affiliation Université de Westminster -


Files in this item

Files Size Format View

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record





Advanced Search