Bookmark and Share

Étude phytogéographique des massifs forestiers de Kéfrida, un secteur méconnu de la zone importante pour les plantes des Babors (Nord-Est algérien)

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2017_72_4_374.pdf 726.9Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/62681
Title: Étude phytogéographique des massifs forestiers de Kéfrida, un secteur méconnu de la zone importante pour les plantes des Babors (Nord-Est algérien)
Author: Bouchibane, Mebarek; Véla, Errol; Bougaham, Abdelazize Franck; Zemouri, Mourad; Mazouz, Azzedine; Sahnoune, Mohamed
Abstract: Afin d’apporter une meilleure connaissance sur la flore de Petite Kabylie (Béjaïa, Algérie), dans l’objectif de conservation du patrimoine naturel, une étude phytogéographique a été menée sur la végétation forestière dans deux massifs montagneux peu étudiés du secteur de Kéfrida, mitoyen de la ZIP (zone importante pour les plantes) des Babors. L’inventaire floristique réalisé au niveau des groupements forestiers de Chêne zéen (Quercus canariensis Willd.), de Chêne afarès (Q. afares Pomel) et des pelouses de montagne a permis de comptabiliser 332 espèces de plantes vascudairew.En plus des 205 (62 %) espèces méditerranéennes qu’il abrite, le site est remarquable par la présence de 37 (11 %) endémiques ou sub-endémiques algériennes et surtout 79 (23 %) espèces de l’ensemble holarctique non méditerranéen. L’analyse du spectre biologique brut montre une dominance significative des hémicryptophytes (48 %) sur les autres formes de vie (7,2 – 22,5 %). Cette zone constitue un refuge actuel exceptionnel pour une flore d’origine non méditerranéenne et/ou endémique, dans un contexte de réchauffement climatique. On note la présence de quatorze espèces déterminantes pour le secteur de Kéfrida étudié, dont huit en commun avec la ZIP des Babors et celle d’Akfadou et quatre en commun avec les ZIPs de Djurdjura et des monts de la Medjerda. La zone étudiée présente aussi un nombre appréciable de plantes importantes pour l’Algérie. Cette présence d’espèces déterminantes et/ou importantes pour le pays permet de classer le secteur de Kéfrida comme une extension de la ZIP des Babors.In order to provide a better knowledge of the flora of Little Kabylia (Bejaïa, Algeria), with an objective of conservation of natural heritage, a phytogeographical study was conducted on forest vegetation in two understudied mountains in the area of Kéfrida, adjoining the IPA (important plants area) of the Babors. The floristic surveys were conducted in a Zeen and an Afares oak (Quercus canariensis Willd. and Q. afares Pomel respectively) forests as well as mountain grasslands. The sampling allowed us to inventory 332 species of vascular plants. Besides the 205 (62 %) Mediterranean species it houses, the site is remarkable by the presence of 37 (11 %) Algerian endemics or sub-endemics and, above all, 79 (23 %) species from the non-Mediterranean Holarctic subset. Analysis of the global biological spectrum showed the significant dominance of hemicryptophytes (48 %) over the other life-forms (7.2 - 22.5 %). This area is an exceptional current refuge for non-Mediterranean and/or endemic flora, in a context of global warming. We note the presence of fourteen trigger species, including eight in common with the Babors and the Akfadou IPAs and four in common with the Djurdjura and the Medjerda ones. Besides, the investigated area has a significant number of plants important for Algeria. This presence of trigger species and/or plants important for the country allows to classifying the sector of Kéfrida as an extension of the Babors IPA.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2017

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record