Le cerf : approche écologique et historique dans le massif vosgien. 1re partie

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_2016_68_6_559_572_schnitzler.pdf 1.793Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/62402  |   DOI : 10.4267/2042/62402
Title: Le cerf : approche écologique et historique dans le massif vosgien. 1re partie
Author: Schnitzler,Annik; Lang, Gérard; Duchiron, Marie-Stella
Abstract: Cet article a pour objectif de poser les bases d’une gestion durable du grand gibier et de la forêt dans les montagnes vosgiennes (nord-est de la France). Les données présentées dans cette première partie traitent d’une part de quelques rappels des stratégies alimentaires et reproductives de l’espèce, ainsi que certains facteurs naturels de sa régulation. Les interactions et rétroactions entre cerf et forêt sont abordées, notamment les conséquences de l’abroutissement et de l’écorçage sur la végétation forestière. Ces données permettent de mieux situer l’espèce dans les réseaux trophiques naturels de la hêtraie-sapinière. Les propositions de gestion durable sont plus robustes si elles s’appuient sur une analyse de l’histoire naturelle et humaine des Vosges sur le très long terme. Les données archéologiques et historiques, quoique lacunaires, sont toutefois suffisamment documentées pour permettre de retracer l’histoire du cerf depuis le Néolithique. Elles révèlent que la grande faune native (bovidés, cervidés incluant élan et cerf) souffre de persécutions dès le haut Moyen Âge. Avant l’an mil, les plus imposants des grands herbivores (bovidés, élan) ont été éradiqués. Cette persécution s’accentue avec l’emprise humaine dans le massif. Les grands prédateurs (ours, lynx, loup) disparaissent au cours du millénaire suivant. Le cerf a lui aussi bien failli disparaître au cours du XIXe siècle. En parallèle, les habitats forestiers souffrent d’une anthropisation parfois conséquente, liées aux déforestations et surexploitations diverses. La nature vosgienne sort fortement éprouvée à la fin du XIXe siècle, tant au niveau de ses habitats que de sa faune.The aim of this article is to lay down the basis for sustainable management of large game and forests in the mountains the Vosges (north-eastern France). The data presented in Part 1 are on the one hand a recap of the feeding and reproductive strategies of the species, together with some of the natural factors that regulate it. Interactions and feedback between deer and forests are described; in particular the consequences of browsing and debarking of forest vegetation. These data are helpful in more accurately positioning the species in the natural trophic networks of beech/fir plantations. Sustainable management proposals are more robust when they rely on an analysis of the natural and human history of the Vosges over the very long term. In spite of their gaps, archaeological and historic data are sufficiently documented to trace back the history of deer to the Neolithic. They attest that native large wildlife (bovids, cervids, including elk and deer) suffered persecution right from Early Middle Ages. By the year 1000, the more formidable herbivores (bovids and elk) had been eradicated. Persecution worsened as humans populated the massif. The big predators (bear, lynx, wolf) disappeared during the next millennium. Deer too almost disappeared during the 19th century. At the same time, forest habitats were damaged by sometimes heavy human influence arising from various forms of deforestation and overuse. By the end of the 19th century, nature in the Vosges was under serious strain, both on its habitats and fauna.
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2016

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search