Bookmark and Share

Biogéographie des mollusques marins de Polynésie française

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2017_72_3_215.pdf 965.3Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/62312
Title: Biogéographie des mollusques marins de Polynésie française
Author: Salvat, Bernard; Tröndlé, Jean
Abstract: La répartition des mollusques marins dans chacun des cinq archipels composant la Polynésie française est présentée en référence à 2053 espèces parfaitement identifiées au rang spécifique. La progression des connaissances sur la répartition des mollusques et les limites de l’inventaire présenté par rapport à la réalité de la biodiversité sont discutés. La richesse en espèces par archipel est établie et montre un degré d’appauvrissement selon un axe longitudinal, de la Société aux Tuamotu et aux Gambier, et selon un axe latitudinal du nord au sud, des Marquises à la Société et aux Australes. La répartition des espèces de mollusques marins permet d’établir les espèces propres à chaque archipel et celles qui sont communes à deux ou plusieurs archipels, ensemble qui amène à déterminer les affinités entre les archipels. Les Marquises et les Australes présentent une grande originalité par rapport à la Société alors que les Tuamotu et plus encore les Gambier ne sont que des faunes appauvries de la Société. L’endémisme à l’échelle de la Polynésie française est de 11,8 % (243 endémiques sur 2053 espèces identifiées). Au delà de ce taux régional nous pouvons afficher par archipel deux taux d’endémisme : celui qui lui est strict pour les espèces dont la répartition est limitée à cet archipel et celui qui comporte toutes les endémiques, les strictes et celles présentes dans au moins un autre archipel : Marquises (9,3 et 13,6 %) - Australes (6,8 et 12 %) – Société (2 et 6,5 %) – Tuamotu (2,3 et 7,9 %) - Gambier (0,7 et 4,8 %). La richesse de la faune de mollusques marins de Polynésie française est comparée à celles des Hawaii et des îles et archipels du Pacifique-Est (Clipperton, Galapagos, île de Pâques) ainsi que leur taux d’endémisme élevés ; respectivement : 11,8 - 20 – 4 – 17 et 42 %. L’origine de la faune polynésienne est évoquée par rapport à la zone indonésienne-australienne de richesse maximale avec la confirmation que celle-ci fonctionne depuis le Miocène comme un foyer de dispersion créant à la marge de la province Indo-Pacifique des hauts lieux de spéciation et d’endémisme.The distribution of marine molluscs in each of the five archipelagos composing French Polynesia is presented with reference to 2053 species perfectly identified to the specific rank. The progress of knowledge on the distribution of molluscs and the limits of the inventory presented are discussed in relation to the reality of biodiversity. The species richness by archipelago is established and shows a degree of impoverishment along a longitudinal axis, from the Society to the Tuamotu and the Gambier, and along a latitudinal axis from north to south, from the Marquesas to the Society and the Austral. The distribution of species of marine molluscs allows to establish the species specific to each archipelago and those that are common to two or more archipelagos, which together determine the affinities between the archipelagos. The Marquesas and the Austral are very original in comparison with the Society, while the Tuamotu and even the Gambier are only impoverished faunas of the Society. The endemism in French Polynesia is 11.8 % (243 endemics out of 2053 species identified). Beyond this regional rate we can precise by archipelago two levels of endemism: that which is strict for the species whose distribution is limited to this archipelago and that which includes all the endemics, the strict ones and those present in at least one other archipelago: Marquesas (9.3 and 13.6 %) - Austral (6.8 and 12 %) - Society (2 and 6.5 %) - Tuamotu (2.3 and 7.9 %) - Gambier , 7 and 4.8 %). The richness of the marine mollusc fauna of French Polynesia is compared with that of Hawaii and the islands and archipelagos of the Eastern Pacific (Clipperton, Galapagos, Easter Island) and their high levels of endemism; respectively: 11, 8 - 20 - 4 - 17 and 42 %. The origin of the Polynesian marine mollusc fauna is evoked in relation to the Indonesian-Australian zone of maximum species richness with the confirmation that it operates since the Miocene as a center of dispersion creating at the margin of the Indo-Pacific province high places of speciation and endemism.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2017

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record