Les sols forestiers, puits de méthane : un service écosystémique méconnu

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_2016_68_4_313_Epron.pdf 1.115Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/62129  |   DOI : 10.4267/2042/62129
Title: Les sols forestiers, puits de méthane : un service écosystémique méconnu
Author: Epron, Daniel; Plain, Caroline; Lerch, Thomas; Ranger, Jacques
Abstract: Le méthane est le second gaz à effet de serre, derrière le gaz carbonique, dont la concentration dans l’atmosphère augmente du fait des activités humaines. Son oxydation biologique par les bactéries méthanotrophes présentes dans les sols contribue à atténuer l’augmentation exponentielle de sa concentration dans l’atmosphère. Les sols forestiers sont un puits de méthane important à l’échelle de la biosphère, et le flux de méthane échangé entre le sol et l’atmosphère peut être affecté par la gestion. Augmenter les âges d’exploitabilité, tout en réduisant la fréquence de passage d’engins lourds responsables du tassement, permettrait d’accroître le puits de méthane des peuplements forestiers, car ce puits augmente avec l’âge mais diminue lorsque les sols sont compactés.Methane ranks second after carbon as a greenhouse gas whose concentration in the atmosphere is increasing as a result of human activity. Biological oxidization of methane due to methanotrophic bacteria that are present in soils contributes to slowing down the exponential growth in atmospheric methane concentration. Forest soils are a significant methane sink on the scale of the biosphere, and forest management can affect methane flux from soil to atmosphere. Increasing the minimal age for felling and reducing heavy vehicle movements that cause compacting would increase the methane sink of forest stand soils since this sink increases with tree age but diminishes with compaction.
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2016

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search