Bookmark and Share

New records of Atlantic humpback dolphin (Sousa teuszii) in Guinea, Nigeria, Cameroon and Togo underscore pressure from fisheries and marine bushmeat demand

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2017_72_2_192.pdf 1.135Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/62079
Title: New records of Atlantic humpback dolphin (Sousa teuszii) in Guinea, Nigeria, Cameroon and Togo underscore pressure from fisheries and marine bushmeat demand
Author: Van Waerebeek, Koen; Uwagbae, Michael; Segniagbeto, Gabriel; Bamy, Idrissa L.; Ayissi, Isidore
Abstract: Le Dauphin à bosse de l’ Atlantique (Sousa teuszii) est une espèce encore mal connue: sa biologie, sa distribution détaillée et l’existence de populations restent encore à préciser. Des suivis de terrain, des enquêtes et des observations opportunistes ont permis d’identifier plusieurs nouveaux spécimens, observés en mer ou retrouvés après leur capture, dans quatre pays, dont le Nigéria et le Togo où la présence de S. teuszii, bien que fortement suspectée, n’avait jamais été prouvée. De nouvelles données, provenant des îles Tristao et de l’estuaire du Río Nuñez en Guinée du nord, indiquent que les populations du Rio do Jêba- Bijagos (Guinée-Bissau) et Guinée du sud devraient être combinées dans une seule population Guinéenne. La population du golfe de Guinée, qui correspond à la population historique de S. teuszii, anciennement appelée « dauphins du Cameroun », s’étend au minimum du Togo au sud du Cameroun. Plusieurs spécimens prouvent que la mortalité de S. teuszii causée par des captures accidentelles ou ciblées est significative, répandue et difficilement quantifiable en raison des contrôles sporadiques qui sont réalisés. Ces captures sont préoccupantes en Guinée, au Nigéria et au Cameroun. Les dauphins sont capturés accidentellement dans des filets maillants de pêcheries artisanales littorales, puis consommés comme « viande de brousse marine ». La commercialisation de ce type de viande étant croissante, les captures intentionnelles risquent aussi d'être encouragées. La rareté des observations et la petite taille des groupes dans le golfe de Guinée du nord indiquent des communautés de dauphins qui semblent plutôt en déclin. Des variations de répartition de l’espèce peuvent apparaître de novo le long des côtes fortement peuplées par l’Homme, après des décennies de prises accessoires, de compétition pour les ressources alimentaires, et de perte d’habitat suite à un développement côtier irréversible. Nous suggérons que le manque d’effort de suivi n’explique pas entièrement l’absence d’observations de S. teuszii sur les 1900 km de littoral allant du Ghana à la Sierra Leone, et particulièrement au Ghana où le suivi des petits cétacés est mieux documenté. La mise en œuvre d’une politique de conservation rigoureuse devient dès lors de plus en plus urgente. De nouvelles Aires Marines Protégées binationales et transfrontalières pourraient avoir des effets positifs et mesurables en termes de conservation en limitant la compétition pour les proies avec les pêcheries, en limitant les captures accidentelles dans les filets et en limitant la destruction des habitats. L’installation d’un groupe de travail ad hoc, à l’échelle de la région considérée, est recommandée afin d’identifier des mesures pratiques visant à éviter que le Dauphin à bosse de l’Atlantique, maintenant menacé, ne se dirige vers l’extinction.The Atlantic humpback dolphin's biology, small-scale distribution and population structure are poorly known. Dedicated surveys and incidental observations resulted in new specimens and sighting records in four nations, of which Nigeria and Togo comprise long-suspected but newly documented range states. Multiple records at the Tristao Islands and Río Nuñez Estuary in northern Guinea indicate that the management stocks of Rio do Jêba-Bijagos (Guinea-Bissau) and South Guinea should be combined into a single Guineas stock. A Gulf of Guinea stock, the historical 'Cameroon dolphins', extends from Togo to (at least) southern Cameroon. Specimen evidence shows fisheries-caused mortality of S. teuszii is significant, widespread, and non-quantifiable at present due to only sporadic monitoring of landings. Of special concern are catches in Guinea, Nigeria and Cameroon. All dolphins were killed in small-scale nearshore fisheries, mostly from incidental gill-net entanglement, and were locally consumed as marine bushmeat. With increasing commercialization however, intentional captures may be encouraged. Rare sightings of mostly small groups in the northern Gulf of Guinea point to remnant, struggling, dolphin communities. De novo distribution gaps may emerge along heavily populated coasts following decades of by-catches, prey competition and habitat loss from irreversible coastal development. We suggest that scarcity of survey effort does not fully explain the absence of S. teuszii records over 1900 km of coastlines between Ghana and Sierra Leone, and particularly in Ghana where small cetacean exploitation is extensive. The implementation of a stringent conservation policy becomes increasingly urgent. New binational, border-straddling Marine Protected Areas could have significant conservation effects by limiting prey competition from fisheries and mitigating net entanglements and habitat destruction. The set-up of a regional ad hoc task force is strongly recommended to help introduce such practicable measures that could stop the threatened Atlantic humpback dolphin from sliding towards extinction.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2017

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record