Bookmark and Share

Nitrogen and phosphorus resorption in some sympatric plant species in the north of Turkey

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2017_72_1_48.pdf 686.4Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/61890
Title: Nitrogen and phosphorus resorption in some sympatric plant species in the north of Turkey
Author: Yildirim, Cengiz; Kutbay, Hamdi Güray; Cansaran, Arzu; Yilmaz, Hakan; Kiliç, Dudu Duygu
Abstract: Les concentrations foliaires de nutriments (N et P) en été et en automne, ainsi que l’efficience (RE) et la proficience (RP) de la résorption foliaire, ont été étudiées dans le nord de la Turquie chez quelques espèces végétales décidues sympatriques sur sols à faible teneur en phosphore. Les NRE et PRE trouvées sur les espèces étudiées se situaient dans les éventails de valeurs rapportés par d’autres études. Les concentrations en N et P les plus fortes, rapportées tant à la masse qu’à la surface, ont été observées chez Acer hyrcanum subsp. sphaerocaryum. Les plus fortes NRE ont également été trouvées chez Acer hyrcanum subsp. sphaerocaryum alors que les plus grandes PRE ont été décelées chez Sorbus umbellata var. umbellata. Toutefois la tendance inverse est apparue quand, pour ces deux espèces, la correction MLCF a été appliquée. L’espèce la plus N- et P-proficiente était Cerasus mahaleb en raison des plus faibles concentrations en N et P trouvées dans les feuilles sénescentes. Cependant, l’espèce la plus N-proficiente était S. umbellata var. umbellate pour ce qui concerne la NRP basée sur la masse. Les rapports N/P des feuilles vertes des espèces étudiées s’étalaient entre 22,95 et 35,25 sur la zone d’étude, ce qui indiquait une limitation en P au niveau local. Chez toutes les espèces, les rapports N/P sont apparus s’accroître durant la sénescence et, au niveau de la plante, le statut de N et P n’était pas strictement contrôlé par les concentrations en N et P des feuilles, vertes et sénescentes ; toutes les espèces ont montré une résorption complète en fonction de valeurs-seuils. Nos résultats impliquent que la PRE joue un rôle plus important dans la conservation du P que la NRE dans celle de N. Ainsi, dans notre zone d’étude, les deux espèces A. hyrcanum subsp. sphaerocaryum avec sa plus forte PRE (basée tant sur la masse que sur la surface) et C. mahaleb qui est l’espèce la plus P-proficiente, ont de meilleurs avantages compétitifs que les autres espèces à utiliser efficacement P dans les sols qui en sont pauvres.In the North of Turkey, foliar nutrient concentrations during summer and autumn and foliar resorption efficiency (RE) and proficiency (RP) were investigated in some sympatric deciduous plant species occurring on soils with low phosphorus availability. NRE and PRE were found to be within the ranges reported by other studies for the same studied species. The highest mass and area-based N and P concentrations were found in A. hyrcanum subsp. sphaerocaryum. The highest mass and area-based NRE were also found in A. hyrcanum subsp. sphaerocaryum, while the highest mass and area-based PRE were found in S.umbellata var. umbellata. However, the opposite trend was found when MLCF correction was used for both species. The most N and P-proficient species was C. mahaleb because the lowest N and P concentrations were found in its senesced leaves. However, the most N-proficient species was S. umbellata var. umbellata regarding mass-based NRP. N/P ratios of green leaves of the studied species ranged from 22.95 to 35.25 in the study area and this indicated that P limitation may occur at a local level. It has been found that N/P ratios were increased during senescence in all species. Plant N and P status was not strictly controlled by N and P concentrations of green and senesced leaves in the studied species; all of these show complete resorption according to threshold values. Our results implied that PRE has a much important role in conservation of P as compared to NRE conservation of N. In the study area, compared to other species, A. hyrcanum subsp. sphaerocaryum with the highest both mass- and area-based PRE and C. mahaleb which is the most P-proficient species, have competitive advantages for an effective use of P in P-poor soils.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2017

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record