Bookmark and Share

Diversité biologique et phytogéographique pour des niveaux différents de salinité dans la région du Chott-Ech-Chergui (sud-ouest de l’Algérie)

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2016_71_4_342.pdf 561.2Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/61581
Title: Diversité biologique et phytogéographique pour des niveaux différents de salinité dans la région du Chott-Ech-Chergui (sud-ouest de l’Algérie)
Author: Adi, Nacère; Amrani, Said; Hirche, Azziz; Boughani, Abdelmadjid; Nedjraoui, Dalila
Abstract: Les zones halophiles algériennes ont fait l’objet de quelques études, qui restent parcellaires. Si leur caractérisation floristique, pédologique et phytogéographique commence à se dégager, les études se rapportant aux changements de la flore et de la végétation le long d’un gradient de salinité sont par contre beaucoup plus rares. Le présent travail se propose de combler, au moins en partie, cette lacune dans l’un des plus grands Chotts algériens, en l’occurrence le Chott-Ech-Chergui. Les résultats, a priori surprenants, sont intéressants car ils montrent que, quel que soit le type de végétation et le taux de salinité, les indices de diversité sont relativement élevés. Ils sont du même ordre de grandeur, sinon plus grands que leurs homologues des zones steppiques et présahariennes non salées. Ceci s’accorde mal avec l’évidente homogénéité du paysage dominé par les chamaéphytes. En réalité, il apparaît que les indices classiques comme l’indice de Shannon montrent ici une limite de leurs conditions d’application. Cette particularité, bien que connue, est rarement évoquée au niveau de la littérature scientifique. L’évocation de ce problème méthodologique, renforce l’intérêt du présent travail.The Algerian halophilic areas have been subject to few studies, which remain fragmented. If their floristic, pedological and phytogeographical characterization begins to be better clarified, studies related to changes in the flora and vegetation along a salinity gradient are, however, much rarer. The aim of this present work was to survey, at least partly, such changes in one of the largest saline lakes in Algeria known as the Chott-Ech-Chergui. The a priori surprising results are interesting because they show that, regardless of vegetation type and salinity degree, diversity indices are relatively high. They have the same value, when not larger, as their counterparts in steppe and unsalted presaharan areas. This contrasts with the obvious homogeneity of the landscape dominated by chamaephytes. In reality, it appears that conventional indices such as the Shannon index show here a limit in the conditions of their application. This peculiarity, although known, is rarely mentioned in the scientific literature. The evocation of this methodological problem reinforces the interest of the present work.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2016

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record