Présentation du travail de thèse d’université intitulé : “Contribution à l’étude des infestations par des petits strongles chez le cheval en Normandie : données épidémiologiques et aspects lésionnels ”

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2002_3-4_335.pdf 994.3Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/61550  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/61550
Title: Présentation du travail de thèse d’université intitulé : “Contribution à l’étude des infestations par des petits strongles chez le cheval en Normandie : données épidémiologiques et aspects lésionnels ”
Author: Laugier, Claire; Sevin, Corinne
Abstract: Le déclin des grands strongles au cours des 25 dernières années, en relation avec l'utilisation massive des anthelminthiques modernes, a permis une meilleure connaissance du pouvoir pathogène des cyathostomes jusqu’alors négligé (coliques, amaigrissement avec diarrhée et hypoprotéinémie, retard de croissance ou mauvais état général). Par ailleurs, le taux d’ infestation par des petits strongles s’est maintenu à un niveau élevé dans toutes les régions d’élevage (80 à 100%). En conséquence, il sont actuellement considérés comme les cibles majeures des programmes de contrôle parasitaire ches les chevaux à l’herbage. L’analyse de la littérature montre que les données sur les cyathostomes en France sont très peu nombreuses. L’objectif principal de la thèse était donc l’obtention d’informations sur l’importance de cette nématodose sur le territoire national. Nous avons tout d’abord estimé la prévalence des cyathostomes et caractérisé les populations présentes au plan des espèces et de leur distribution anatomique puis étudié le pouvoir pathogène des larves (fréquence des cas de cyathostomose larvaire, expression clinique, lésions, facteurs de risque). En troisième lieu, nous avons recherché la présence de populations vermineuses résistantes aux benzimidazoles. Seuls les résultats de cette étude sont détaillés. Dans 16 élevages équins normands, contaminés par des cyathostomes, l’existence éventuelle de résistance aux benzimidazoles a été recherchée à l’aide de tests in vivo (coproscopies avant et 10 jours après traitement au fenbendazole, mebendazole, thiabendazole, febantel, oxibendazole ou oxfendazole) et de tests in vitro (test d’inhibition d’éclosion des œufs). Des phénomènes de résistance ont été identifiés dans 10 élevages (62,5 %) sur la base d’un pourcentage de réduction du nombre d’œufs (PR) inférieur à 90% ; ils étaient associés à tous les produits testés à l’exception de l’oxibendazole. Dans ces élevages, le PR variait de 25,0 à 84,6%. Les tests in vitro ont permis de déterminer des DL50 de populations sensibles (0,037 à 0,086 (ig/ml et de populations tolérantes ou résistantes 0,17 à 0,38 (ig/ml).After the decline, during the last 25 years, of large strongyle infections as the result of use of modem anthelmintic compounds, the clinical importance of small strongyles infections has become underlined and these nematodes have been recognised as an important cause of digestive diseases in horses. Cyathostome infections are ubiquitous in grazing horses and are now considered as the major targets of equine parasite control programs. Because too few data on cyathostomes in France were available, the main objectives of the thesis aimed at stating precisely the importance of small strongyles in this country. So, we first determined their prevalence and characterised the worm populations (abundance, main species and anatomical distribution), secondly studied the pathogenic potential of larvae (frequency of larval cyathostomiasis cases, clinical aspects, lesions and management risk factors) and thirdly established the presence of populations resistant to benzimidazole compounds. Only the results of the latter experiment are detailed here. The presence of cyathostomes resistant to benzimidazoles was investigated in 16 Norman stud farms using both in vivo tests (faecal egg count reduction test FECRT) and in vitro tests (egg hatch test). The anthelmintics administered for the in vivo tests were fenbendazole, mebendazole, thiabendazole, febantel, oxibendazole or oxfendazole. According to the definition of resistance (FECR < 90%), 10 studfarms (62.5%) harboured resistant populations of small strongyles with FECR values ranging from 25.0 to 84.6%. Resistances were associated with all the (pro-) benzimidazole compounds used, except oxibendazole. The susceptible worms had LC50 values of 0.037 to 0.086 (ig/ml, the tolerant and resistant ones of 0.17 to 0.38 (ig/ml determined by egg hatch tests performed on faecal samples before and after anthelmintic treatments.
Subject: cheval; cyathostomes; chimiorésistance; benzimidazoles; Normandie; France; horse; cyathostomes; benzimidazole resistance; Normandy; France
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2002

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search