Pour un modèle consensuel de validation clinique et de surveillance des interventions non médicamenteuses (INM)

Show full item record

Files in this item

PDF HEGEL_2016_3_5.pdf 857.0Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/61405  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/61405
Title: Pour un modèle consensuel de validation clinique et de surveillance des interventions non médicamenteuses (INM)
Author: Ninot, Grégory; Carbonnel, François
Abstract: Introduction : De plus en plus de thérapeutiques non pharmacologiques aussi appelées interventions non médicamenteuses (INM) sont prescrites par des médecins aux patients malades chroniques de manière complémentaire ou alternative aux traitements conventionnels. Leur usage est recommandé par d’autres professionnels de santé sans prescription. Leur offre s’étend chaque jour davantage notamment dans les domaines de la nutrition, de la e-santé et de l’ajustement psychologique à la maladie (ex. ETP). L’objectif de ce travail était de vérifier s’il existait un modèle consensuel de validation clinique et de surveillance de ces thérapeutiques comme c’est le cas pour le médicament et les dispositifs médicaux implantables. Méthode : Nous avons procédé à une revue de la littérature sur les modèles de validation et de surveillance des INM. Nous avons interrogé les bases de données scientifiques et médicales. Résultats : Nous avons identifié 17 modèles de la validation et de surveillance des INM. Des modèles s’inspirent du médicament. D’autres se fondent sur les interventions comportementales. D’autres se basent sur le design et l’implémentation. D’autres enfin, sont hybrides. Aucun modèle n’est consensuel ou dominant actuellement. Conclusion : L’usage croissant des INM encouragées par les médias et l’arrivée dans le secteur de la santé des industriels des nouvelles technologies et de la nutrition exige qu’un modèle consensuel de validation clinique et de surveillance soit adopté. A ce jour, force est de constater que ce n’est pas le cas. Leur nombre augmente même, nous en avons identifié 17. Cette diversité réduit la comparabilité des résultats des études et risque de multiplier les erreurs de prescription et les mésusages.Introduction: More and more non-pharmacological interventions (NPIs) are prescribed by doctors for patients with chronic disease, as additional or alternative paths to conventional treatments. Some are recommended by other professionals. The offer of NPIs extends every day especially in the areas of nutrition, e-health and psychological adjustment to the disease. The aim of this work was to verify if there was a consensus model or dominant clinical validation and surveillance of these solutions as is the case for the drug and medical devices. Material and method: We conducted a literature review on the validation and surveillance models of NPIs. Results: We identified three models of validation, one inspired by the drug, one by behavioral interventions, one by engineering and based on the design and implementation (e.g., Agile, model Fogg). We also identified hybrid models (e.g., MOST, SMART). To date, no model predominates. Conclusion: Patient expectations against NPIs reported by the media and the arrival in the health sector of industrial from new technologies and nutrition require the emergence of a consensus model of clinical validation and surveillance of NPIs. To date, no model predominates. This lack may multiply prescription errors and the risk of misuse.
Subject: Recherche clinique; Intervention non médicamenteuse, validation; Surveillance, Méthodologie; Efficacité; Innocuité; Coût-efficacité; Clinical research; Non-pharmacological intervention; Validation; Surveillance; Methodology; Efficacy; Innocuity; Cost-efficacy
Publisher: ALN Editions, Nancy, France
Date: 2016
Mis à jour: 2016-10-03

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search