Apport de la qPCR au dépistage des infections des ruminants par des Anaplasmataceae : étude de cas au Pays Basque et en Corse

Show full item record

Files in this item

PDF 09_dahmani.pdf 623.7Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/61394  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/61394
Title: Apport de la qPCR au dépistage des infections des ruminants par des Anaplasmataceae : étude de cas au Pays Basque et en Corse
Author: Dahmani, Mustapha; Mediannikov, Oleg; Rousseau, Frédéric; Fabrizy, Bernard; Ferrandi, Sandrine; Fenollar, Florence; Davoust, Bernard
Abstract: Les Anaplasmataceae sont des bactéries intracellulaires transmises aux animaux et à l’homme, principalement par les tiques. Les Anaplasma spp. (A. marginale, A. phagocytophilum…) et les Ehrlichia spp. (E. canis, E. ruminantium...) en sont les principaux représentants d’importance économique et sanitaire. Les outils de diagnostic disponibles jouent un rôle déterminant dans leur identification. Nous proposons une approche globale par un système permettant d’identifier la plupart des espèces d’Anaplasmataceae. Il est basé sur le gène codant l’ARNr 23S ; il couple une qPCR et une PCR standard avec deux jeux d’amorces suivie d’un séquençage. Il est testé pour en vérifier la spécificité, puis mis en oeuvre à partir de prélèvements de sang de ruminants et de tiques : dans les Pyrénées-Atlantiques, des brebis suspectes d’infection sont porteuses d’A. ovis et leurs tiques Rhipicephalus bursa, d’A. ovis, d’A. phagocytophilum et d’une nouvelle ehrlichia. En Haute-Corse, une forte prévalence d’infections par les Anaplasmataceae est détectée dans des élevages (bovins, ovins, caprins) où la symptomatologie rétrocède lors de traitements à l’oxytétracycline. La spécificité et la sensibilité du système de diagnostic utilisé et sa capacité à identifier de nouvelles espèces offrent des perspectives pour l’étude de l’épidémiologie des Anaplasmataceae et permettront de mettre en évidence de nouveaux réservoirs.The intracelullar bacteria Anaplasmataceae are transmitted by ticks both to animals and to man. The most important species for the economy and for health are Anaplasma spp. (A. marginale, A. phagocytophilum…) and Ehrlichia spp. (E. canis and E. ruminantium...). Whilst current means of diagnosis are indispensible they could be improved. We therefore propose a global approach which will identify most of the species of Anaplasmataceae. It is based on the genetic code ARNr 23S and involves dividing a qPCR into a standard PCR and sequencing. This specificity has been tested, verified and demonstrated in blood samples from ruminants and ticks. Sheep (from Atlantic-Pyrenees) suspected of being infected, were shown to be carriers of A. ovis and their ticks (Rhipicephalus bursa) had A. ovis, A. phagocytophilum and also a new species of ehrlichia. In Corsica, a strong incidence of Anaplasmataceae was detected in the blood of cattle, sheep and goats in which symptoms antedated treatment with oxytetracycline. The specificity and sensibility of this method of diagnosis, as well as its ability to detect new species, are advantageous for further studies of Anaplasmataceae, and facilitate the search for new sources of infection.
Subject: Anaplasmataceae; anaplasmoses; tiques; ovins; bovins; chèvres; Pyrénées-Atlantiques; Corse; Anaplasmataceae; anaplasmosis; ticks; sheep; cattle; goats; Atlantic-Pyrenees; Corsica
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2016

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search