Bookmark and Share

Structure des communautés végétales salées

Show full item record

Files in this item

PDF LATERREETLAVIE_1979_Sup2_105.pdf 2.269Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/58369
Title: Structure des communautés végétales salées
Author: Corre, J.J.
Abstract: A petite échelle les formations végétales permettent en Camargue de repérer aisément les différentes unités géomorphologiques. C’est ainsi que les formations lagunaires émergées sont indiquées principalement par des formations végétales de salicornes appelées enganes * ou sansouires *. Malgré leur pauvreté floristique ces formations végétales pré sentent une grande diversité qui tient aux différences quantitatives prises localement par chacune des espèces. Les groupements que l’on peut ainsi définir forment des mosaïques révélatrices de différentes conditions du milieu, singulièrement des conditions de submersion et de salinité comme cela a déjà été démontré. Les mesures entreprises portent sur deux coupes le long des quelles les observations ont été effectuées durant respectivement quatre et sept ans. Les conditions de salinité ont été appréciées à partir des analyses de la nappe phréatique, source des sels présents dans la rhizosphère. Elles montrent que le taux de sels mais aussi son rythme de variations ont un rôle dans la définition des biotopes. Les conditions de submersion interviennent par leur durée, leur hauteur ainsi que le rythme des mises en eau au fil des années. L’étude permanente de la végétation permet d’analyser le mécanisme d’action des variations pluriannuelles de la submersion et de la salinité. Ces dernières sont liées essentiellement à la variabilité climatique. Elles déterminent pour chaque popu lation des tendances évolutives réversibles dont la résultante agit sur la structure des groupements. Une période de transition entre une faible puis une forte pluviosité a, seule, pu être étudiée, mais des observations à plus long terme devraient permettre de définir pour chaque biocénose, un stade moyen affecté d’une certaine variabilité. Les mosaïques de végétation peuvent être classées en deux catégories : exogènes lorsque l’hétérogénéité est antérieure à l’installation de la végétation, c’est le cas des auréoles sédimentaires liées aux anciens déversoirs du Rhône dans les lagunes ; endogènes lorsqu’elles résultent d’une action de la végétation sur son biotope, c’est le cas, par exemple, des bourrelets de bords d’étang où la végétation favorisant l’accumulation de sédiments et de matières organiques modifie les caractères du milieu édaphique. Cette distinction est importante à prendre en compte lorsque l’on veut étudier la dynamique des paysages végétaux.Plant communities allow for a ready identification of the various geomorphological entities in the Camargue. This is particularly the case in the seasonally flooded areas locally called “ sansouires ” or “ enganes ” dominated by saltworts ( Salicornia sp.). Although poor in species and rather uniform, the “ enganes ” are a true mosaic of plant communities which reveal small local differences in environmental conditions, particularly salinity and submersion. The vegetation and environmental conditions of the study area were studied along two transects for periods ranging between four and seven years. The amount of salt present in the water table at various seasons has been estimated. Both the amount of salt present and the pattern of its variation throughout the year are important parameters of these micro-habitats. The same is true of the conditions of submersion : duration, depth and seasonal rythm. Year to year variations in vegetation structure depend mostly on climatic conditions. During the study period the effects of an increased annual rainfall were investigated. Two categories of vegetation mosaics are described : (1) exogenous mosaics, which result from environmental heterogeneity, prior to the establishment of the present-day vegetation, and (2) endogenous mosaics, which result from the action of the vegetation itself upon the habitat. Such is the case, for instance, on the “ bourrelets d’étangs ” where vegetation favours the accumulation of sediments and organic matter.
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 1979

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record