Bookmark and Share

La mesure agriculture-environnement « Biotopes rares et sensibles » du Parc du Luberon : un bilan pour le territoire et l’élevage

Show full item record

Files in this item

PDF CS_2002_6_88.pdf 562.6Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/58081
Title: La mesure agriculture-environnement « Biotopes rares et sensibles » du Parc du Luberon : un bilan pour le territoire et l’élevage
Author: Beylier, Bénédicte; Garde, Laurent; Guende, Georges; Lasseur, Jacques; Lécrivain, Elisabeth
Abstract: Dans le massif du Luberon, une Mesure agri-environnementale (MAE) a été promue pour favoriser une gestion pastorale visant à préserver les « biotopes rares et sensibles ». Dans ce cadre, un suivi scientifique et technique a été mis en place et cet article vise à établir un bilan de son impact sur l’élevage et sur le territoire. Ainsi, un lien a été mis en évidence entre le type d’espaces ciblés par la mesure (grands espaces « sauvages » et écartés), et les types de systèmes d’élevage en mesure de s’engager (gros effectifs en phase de redéploiement). La MAE n’a pas mobilisé les petits élevages diversifiés ni les espaces qu’ils exploitent. Les pratiques pastorales engagés dans des milieux complexes ont souvent été novatrices. La logique contractuelle imposait la recherche d’indicateurs de réussite. Or le suivi a montré que les éleveurs s’appuient sur l’hétérogénéité du territoire pour mieux s’adapter aux contraintes posées par le climat méditerranéen sur des surfaces pastorales peu artificialisées. La contradiction entre la définition de mesures contractuelles à la surface, forcément standardisées, et des pratiques pastorales extensives comporte un risque de rigidification. En définitive, l’hypothèse est posée selon laquelle la diversité des systèmes d’élevage est le meilleur gage du maintien de milieux naturels diversifiés.Within the Luberon massif, an Agro-environmental Measure (AEM) was adopted to favor a pastoral management, which aims at preserving « rare and sensitive biotopes ». Within this scope, a scientific and technical follow-up was implemented ; this article aims at assessing its impact on breeding and on the territory. In this way, a link between the type of spaces targetted by the measure (vast « wild » and spread spaces) and the breeding practice modes able to suit the measure (great numbers in phase of redeployment) was brought to the fore. The AEM has not mobilized small diversified breeders and the spaces they exploit. Pastoral practices engaged in complex environments have often been innovative. A search for success indicators was imposed by the contractual logic. The follow-up showed that breeders rest on the territory’s heterogeneity to better adapt to the constraints of the Mediterranean climate on hardly man-shaped pasture surfaces. The contradiction between the definition of standardized contractual measures for the surface and extensive pastoral practices leads to the risk of becoming too rigid. As a conclusion, it would seem that the diversity of breeding systems is the best guarantee for the maintaining of diversified natural environments.
Subject: élevage ovin; pastoralisme; pelouses sèches; garrigue; mesure agri-environnementale; ovine breading; pastoralism; dry grassy areas; garrigue; agro-environmental measure
Publisher: Parc naturel régional du Luberon (FRA)
Date: 2002

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record