Bookmark and Share

Les espèces messicoles du Parc naturel régional du Luberon sont-elles des mauvaises herbes ?

Show full item record

Files in this item

PDF CS_2002_6_78.pdf 599.4Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/58080
Title: Les espèces messicoles du Parc naturel régional du Luberon sont-elles des mauvaises herbes ?
Author: Dutoit, Thierry; Gerbaud, Eric; Ourcival, Jean-Marc
Abstract: La protection des messicoles (plantes inféodées aux champs de céréales) fait l’objet d’un paradoxe. Alors que les conservateurs d’espaces (Parc naturel régional du Luberon) et d’espèces (Conservatoire botanique national de Porquerolles) les protègent pour leur forte valeur patrimoniale ; les exploitants agricoles, quant à eux, les considèrent comme des mauvaises herbes dont la prolifération peut être responsable d’une chute de rendement de l’espèce cultivée. Cependant, peu d’expérimentations ont été réalisées sur les capacités compétitives réelles des messicoles alors qu’elles sont en voie de régression un peu partout en France suite à l’application massive d’herbicides. C’est pourquoi, les capacités compétitives de 14 messicoles encore présentes dans les champs de céréales du Parc naturel régional du Luberon ont été interprétées à partir de la mesure de leurs caractéristiques morphologiques en conditions de compétition avec le blé d’hiver (Triticum aestivum var. Darius). Nos résultats montrent que les messicoles caractérisées par des biomasses importantes ou avec une forte contribution de biomasse aux tiges, entraînent une réduction significative de la biomasse totale du blé et pour l’épi, une réduction de sa hauteur, de sa biomasse et du nombre de graines qu’il contient. Ces résultats sont ensuite discutés dans un objectif de conservation des espèces messicoles car, contrairement aux idées reçues, certaines d’entre elles, n’entrent pas en compétition avec le blé.Arable weed species are the origin of a paradox : while conservation agencies (Luberon Nature Park and Porquerolles Botanical Reserve) protect them for their historical and cultural interest, farmers commonly perceived them as bad weeds responsible for a decrease in crop yield. Arable weed species substantially decline everywhere in France due to fertiliser application and very few experiments are carried out on the real competitive capacity of arable weed species. Therefore, the competitive capacity of 14 arable weed species, still growing in cereal fields in the Luberon Nature Park, was measured using their morphological traits while being cultivated together with winter wheat (Triticum aestivum var. Darius). Results show that arable weed species, characterised by a high biomass or a high shoot biomass, have a significant negative effect on the total biomass, the ear height, the ear biomass and the number of seeds of wheat plants. These results are discussed within the context of the biological conservation of arable weeds, because, contrary to common knowledge, some of them do not out-compete wheat plants.
Subject: messicoles; compétition; morphologie végétale; blé d’hiver; champs cultivés; biologie de la conservation; arable weeds; competition; plant morphology; winter wheat; arable fields; conservation biology
Publisher: Parc naturel régional du Luberon (FRA)
Date: 2002

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record