Scientific death-knell of databases? Errors induced by database manipulations and its consequences

Show full item record

Files in this item

PDF CG1516.pdf 106.7Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/57949  |   DOI : 10.4267/2042/57949
Title: Scientific death-knell of databases? Errors induced by database manipulations and its consequences
Author: Emig, Christian C.; Bitner, Maria Aleksandra; Álvarez, Fernando
Abstract: References to Terebratulina caputserpentis attributing its authorship to Zbyszewski, 1957, not to Linnæus, 1767, have been found in three recent publications, in the collections of the Muséum National d'Histoire naturelle de Paris and in several online databases. The use in these databases seems to have arisen from WoRMS (World Register of Marine Species), specifically from WBD (World Brachiopoda Database) of which the three authors of this paper are the editors (authors). The page concerning T. caputserpentis (Linnæus, 1767) has been modified by WoRMS staff without the knowledge of these editors (authors). The decrease of the specialists in systematics and their replacement by IT specialists question the scientific reliability of the online databases as well as the specimen labelling in museums. The absence of scientific rigour becomes their Achilles' heel. Several other cases of errors are quoted and developed. In spite of applications to the staff of databases in biodiversity, the situation continued degrading so much so that today these bases are reached by the Peter principle and can no longer be used for scientific requirements, except if verifying all the desired data.La découverte de l'attribution de Terebratulina caputserpentis (Linnæus, 1767) à un autre auteur (Zbyszewski, 1957) nous a conduit à rechercher l'origine de cette citation. Cette espèce est synonyme de T. retusa (Linnæus, 1758), espèce type du genre. Des réferences à T. caputserpentis (Zbyszewski, 1957) ont été trouvées dans trois publications récentes, dans les collections du Muséum National d'Histoire naturelle de Paris et dans plusieurs bases de données en ligne, dont l'origine semble provenir de WoRMS (World Register of Marine Species), donc de la base de données WBD (World Brachiopoda Database) dont les trois auteurs de cette note sont les éditeurs (auteurs). C'est à leur insu que la fiche du synonyme Terebratulina caputserpentis (Linnæus, 1767) a été modifiée par les informaticiens de WoRMS. La diminution du nombre de spécialistes en systématique et leur remplacement par des techniciens informaticiens obligent à revoir la fiabilité des bases de données mises en ligne ou même l'identification des spécimens dans les muséums. L'absence de rigueur scientifique devient leur talon d'Achille. Plusieurs autres cas d'erreurs sont cités et développés. Malgré des interventions auprès des responsables techniques des bases de données en biodiversité, la situation a continué à se dégrader au point qu'aujourd'hui ces bases sont atteintes par le principe de Peter et ne peuvent plus être considérées comme utilisables par la communauté scientifique, sauf à vérifier l'exactitude de toutes les données souhaitées.
Subject: databases; Brachiopod; Terebratulina; retusa; caputserpentis; Web-based taxonomy; Banques de données; Brachiopode; Terebratulina; retusa; caputserpentis; WEB-taxinomie
Publisher: Carnets de Géologie [Notebooks on Geology]
Date: 2015-11

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search