La forêt française, l’agroforesterie et la filière bois : quel potentiel d’atténuation climatique à moyen et long terme ?

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_2014_5_663_DeGalbert.pdf 224.9Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/56613  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/56613
Title: La forêt française, l’agroforesterie et la filière bois : quel potentiel d’atténuation climatique à moyen et long terme ?
Author: DE GALBERT, Michel
Abstract: La gestion dynamique des forêts et de la filière bois, le boisement et l’évolution de la demande en bois sont considérés par le GIEC (2014) comme des outils fondamentaux pour l’atténuation du changement climatique. Mais quelles sont et quelles pourraient être leurs contributions à l’atténuation des gaz à effet de serre (GES) à l’échelle du territoire français ? La présente note explique comment mesurer cette contribution. Elle la chiffre actuellement (2012) et en prospective aux horizons 2030 et à long terme, selon deux scénarios (au fil de l’eau, scénario dynamique). Le passage au scénario dynamique, qui se veut à la fois ambitieux et réaliste, permettrait une réduction supplémentaire d’émissions de GES (par rapport aux émissions actuelles) de 50 millions de tonnes de CO2 par an à long terme, soit une augmentation de 38 % de l’effet d’atténuation des forêts et de la filière bois, et un triplement de l’effet de substitution, seul effet climatique durable à long terme.
Description: The IPCC (2014) sees dynamic management of forests and of the forest-based industries along with afforestation and changes in the demand for wood as fundamental tools for climate change mitigation. What are and what could be the contribution of these methods and factors to mitigating greenhouse gas (GHG) emissions on the scale of France? This note describes how this contribution can be measured. It provides current (2012) figures and offers forecasts to the 2030 horizon and in the long term, according to two scenarios: the “business as usual” and the dynamic scenario. Switching to the dynamic scenario that aims at being both ambitious and realistic, would make for an additional 50 million-tonne reduction in CO2 emissions (compared to current levels) yearly in the long term, i.e., a 38% increase in the mitigating effect of forests and of forest-based industries and a tripling of the substitution effect, the only durable long term effect on climate.
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2014

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search