Bookmark and Share

Impact de la mise en défens sur la lutte contre la désertification dans les parcours steppiques : cas de la région de Naâma (sud-ouest algérien)

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2015_70_1_16.pdf 669.7Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/56307
Title: Impact de la mise en défens sur la lutte contre la désertification dans les parcours steppiques : cas de la région de Naâma (sud-ouest algérien)
Author: KHALID, Foudil; BENABDELI, Khéloufi; MORSLI, Boutkhil
Abstract: La lutte contre la désertification dans la région de Naâma passe d’abord par une restauration des parcours steppiques sérieusement dégradés. Dans ce cadre plusieurs centaines de milliers d'hectares de terres pastorales ont été soustraites à l’exploitation agropastorale et mises en défens depuis 25 ans. Cette étude se propose d’évaluer l’impact de cette technique sur la lutte contre la désertification dans ce milieu steppique. L’approche méthodologique retenue est celle de l’analyse comparative des attributs vitaux de l’écosystème (AVE), elle permet d’évaluer l’état de dégradation ou de restauration au niveau de la structure et du fonctionnement des parcours steppiques mis en défens et d’autres limitrophes situés hors de la zone protégée. Les résultats obtenus ont mis en exergue des différences significatives entre les parcelles mises en défens quelle que soit la durée de protection et les parcelles non protégées. Une augmentation de la richesse floristique, de la diversité spécifique, du taux de recouvrement de la végétation, de la phytomasse et de la matière organique dans le sol sont à noter dans les parcelles protégées. Cette amélioration garantit à la fois une plus grande stabilité face aux diverses perturbations et assure un bon fonctionnement de l’écosystème steppique. Toutefois, cette protection provoque l’extension de la pellicule de battance sur le sol. Il en résulte aussi une diminution de la richesse et de la diversité floristique au niveau des parcours anciennement protégés par rapport à ceux ayant une durée de protection moyenne (5 à 7 ans)
Description: Impact of protection on the fight against desertification in the steppe rangelands: the case of Naâma region (south-west of Algeria).— The fight against desertification in the region of Naâma begins with restoring severely degraded steppe rangelands. In this context several hundred thousand hectares of pastoral land were exempted from agropastoral activities and protected from grazing for 25 years. The present study aims assess the impact of this technique on combating against desertification in the steppe environment. The methodological approach is based on comparative analysis of the vital ecosystem attributes (VEA), it assesses degradation status or restoration of the structure and the function of steppe grazing exclosure areas and other neighbouring areas located outside the protected area. The results highlighted significant differences between unprotected plots and exclosures whatever the duration: an increase in species richness, species diversity, recovery rate of vegetation, plant biomass and organic matter in the soil was noted in the protected plots. This enhancement ensures both greater stability against various disturbances and proper functioning of the steppic ecosystem. However, this protection causes the extension of the hardpan layer on the ground. It also results a decrease of the floristic richness and diversity in formally protected rangelands compared to those with an average length of protection (5-7 years)
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2015

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record