Bookmark and Share

Les invasions biologiques entre écologie et sciences sociales : quelles spécificités pour l’Outre-Mer français ?

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_2012_SUP11_101.pdf 535.6Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/55945
Title: Les invasions biologiques entre écologie et sciences sociales : quelles spécificités pour l’Outre-Mer français ?
Author: ATLAN, Anne; DARROT, Catherine
Abstract: Les invasions biologiques sont l’un des principaux facteurs de l’érosion de la biodiversité de l’Outre-Mer français. Or la prise en compte des facteurs humains est indispensable à une compréhension globale de la dynamique de ces espèces et de l’élaboration de stratégies de gestion efficaces. Outre-Mer, cette interaction entre sciences de la nature et sciences de l’homme dans l’étude des invasions biologiques doit intégrer les spécificités écologiques et sociétales de ces territoires. L’insularité, la distance géographique, les relations avec la métropole et le rattachement à un espace économique occidental, sont autant de facteurs qui influencent aussi bien l’évolution des écosystèmes que celle des sociétés. Constitué majoritairement d’îles océaniques de la zone intertropicale, l’Outre-Mer français comprend plusieurs territoires situés dans des « hot-spots » de biodiversité particulièrement riches en espèces endémiques, mais aussi particulièrement sensibles aux invasions par des espèces introduites. Dans les politiques publiques de conservation de la biodiversité ultramarine, la notion de patrimoine naturel est prépondérante sur celle de services écosystémiques. Cette différence peut être interprétée au niveau biologique et économique, mais peut également provenir de perceptions éthiques différentes. Ces particularités font de l’Outre-Mer français un laboratoire pour les études interdisciplinaires des invasions biologiques. Focaliser ces études sur des questions communes basées sur la gestion des espèces invasives est potentiellement source d’innovations conceptuelles et méthodologiques au sein de chacune des disciplines, et peut permettre l’élaboration de solutions innovantes pour une gestion durable de ces espèces
Description: Invasive species are a major factor in the decline of biodiversity in the French overseas territories. Taking into account human factors is essential to a comprehensive understanding of the dynamics of these species and to develop effective management methods. This interaction between biological sciences and human sciences for the management of biological invasions should take into account the specificities of overseas territories. The insularity, the geographical distance, the relationship with the homeland and the attachment to a Western economic region, are all factors that influence both the evolution of ecosystems and societies. Mainly composed of tropical oceanic islands, French overseas territories belong to biodiversity hot-spots, and are particularly rich in endemic species, but also particularly susceptible to invasions by alien species. The balance between natural heritage and ecosystem services in the public policies of biodiversity conservation shows important differences between the homeland and overseas territories, with the value of the natural heritage being more important overseas. This can result from ecological or economic constraints, but can also reveal differences in the perception of environmental ethics. These features make the French overseas territories a laboratory for interdisciplinary studies between human and environmental sciences. Interdisciplinary studies focusing on common issues based on the management of invasive species overseas are a potential source of methodological and conceptual innovations in each discipline, and can help developing innovative solutions for their sustainable management
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 2012

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record