Bookmark and Share

Significance of ungulates in the diet of recently settled wolves in the Mercantour mountains (southeastern France)

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_1997_52_4_357.pdf 1024.Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/54877
Title: Significance of ungulates in the diet of recently settled wolves in the Mercantour mountains (southeastern France)
Author: POULLE, Marie-Lazarine; CARLES, Lionel; LEQUETTE, Benoît
Abstract: Le Loup (Canis lupus) s'est établi au début des années 90 dans le massif du Mercantour, au sud-est de la France. La prédation qu'il exerce sur le cheptel domestique et sur les espèces gibier suscite de vives réactions de rejet auprès d'une partie de la population locale. Dans ce contexte, il est apparu primordial d'évaluer la part des ongulés dans le régime alimentaire du loup. Cette estimation a été effectuée à partir de l'analyse de 236 fèces récoltées d'avril 1994 à mars 1995 sur un terrain d'étude de 280 km2 fréquenté par une meute de 8 loups. Le chamois (Rupicapra rupicapra) est abondant sur ce terrain d'étude (environ 1 000/100 km2) et 300 mouflons (Ovis gmellini) étaient présents. On note également la présence de petites populations de chevreuil (Capreolus capreolus), cerf (Cervus elaphus), bouquetin (Capra ibex) et sanglier (Sus scrofa). De plus, environ 10 000 moutons (Ovis aries) sont présents en alpage du printemps à l'automne dans la zone d'étude. Les ongulés (sauvages et domestiques confondus) constituent la base du régime alimentaire des loups. Ils sont présents dans 97 % des fèces analysées. Leur fréquence relative d'occurrence varie de 94 % en hiver et au printemps à 87 % en été et en automne. Des restes d'ongulés sauvages, essentiellement de chamois et mouflon, ont été trouvés dans 80 % des fèces analysées. En été, la fréquence relative d'occurrence du chamois, par rapport à l'ensemble des ongulés sauvages, a été plus du double de celle du mouflon (71 % contre 29 %). A l'inverse, la fréquence relative d'occurrence du mouflon a été près du double de celle du chamois au printemps (68 % contre 32 %), en automne (64 % contre 33 %) et en hiver (59 % contre 26 %), bien que le mouflon soit dix fois moins abondant que le chamois. La sélection exercée par le loup à l'égard du mouflon durant ces saisons est probablement due au fait que le mouflon : i) a des difficultés à se déplacer quand l'épaisseur de neige est importante, ii) est grégaire et inféodé à quelques lieux privilégiés et prédictibles durant l'hiver, iii) a tendance à se cantonner à de plus basses altitudes que le chamois durant toute la période hivernale et iv) a une période de mise-bas très précoce par rapport aux autres ongulés sauvages présents dans le Mercantour. En ce qui concerne les ongulés domestiques, le mouton est la principale victime des attaques de loup en raison de son abondance relative et de sa vulnérabilité. Il représente 50 % et 22 % du total des occurrences d'ongulés en été et automne respectivement. Les ongulés sauvages sont préférés aux ongulés domestiques mais nos données montrent que, lorsque la surveillance des troupeaux n'est pas adaptée à la présence du loup, la prédation sur les ongulés domestiques n'est pas nécessairement rare dans les régions caractérisées par une communauté d'ongulés sauvages riche et diverse.
Subject: Régime alimentaire; Taux; Prédation; Consommation alimentaire; Animal sauvage; Animal domestique; Variation saisonnière; Montagne; Alpes Maritimes; Canis lupus; Ungulata; Ovis aries; Massif Mercantour; Diet; Rate; Predation; Food intake; Wild animal; Domestic animal; Seasonal variation; Mountain; Alpes-Maritimes; Canis lupus; Ungulata; Ovis aries
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 1997

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record