Bookmark and Share

Développement et sélectivité du lien mère-jeune chez la chèvre et la brebis

Show full item record

Files in this item

PDF RevuedEcologie_1993_48_2_143.pdf 795.3Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/54718
Title: Développement et sélectivité du lien mère-jeune chez la chèvre et la brebis
Author: ROMEYER, A.
Description: Chez les Ongulés, la reconnaissance olfactive du jeune se traduit par une sélectivité du comportement maternel qui se caractérise par l'allaitement exclusif des jeunes de la portée et le refus, parfois accompagné d'un comportement agressif, d'allaiter de jeunes étrangers. Chez la brebis, l'allaitement exclusif des jeunes de la portée repose sur la reconnaissance de leurs odeurs individuelles par apprentissage sélectif. La familiarisation de la brebis aux odeurs de ses jeunes pendant deux à quatre heures lui suffit pour les distinguer de jeunes étrangers. Aucune influence d'un marquage maternel des jeunes, par l'intermédiaire du colostrum notamment, n'a été mise en evidence dans cette espèce. Au contraire, chez la chèvre, on a longtemps pensé que le marquage maternel par l'intermédiaire de la salive et l'absorption de colostrum donnait au jeune l'odeur de sa mère (« labelling »), laquelle rejetterait tout chevreau étranger marqué par une autre mère, mais l'accepterait s'il était non marqué ou marqué par elle-même. Ce marquage se développerait en vingt-quatre heures environ. Cependant, des résultats plus récents obtenus dans notre laboratoire suggèrent que le développement de la sélectivité chez la chèvre est proche de celui décrit chez la brebis. En outre, la question de l'existence d'une « odeur de famille » mérite d'être posée chez ces deux espèces, intermédiaires entre des espèces purement monotoques comme le cheval et des espèces franchement polytoques comme le porc ; les portées de jumeaux, voire de triplés, y sont en effet fréquentes. Les premiers résultats suggèrent, dans les deux espèces, que des mères sont capables de reconnaître les odeurs de plusieurs jeunes d'une même portée. Des similitudes apparaissent donc dans les mécanismes de reconnaissance sociale de la progéniture chez ces deux espèces, malgré les caractéristiques différentes des relations mère-jeunes dans les premiers jours suivant la parturition (Ovins : « followers » ; Caprins : « hiders »). Ces résultats et leur validité éventuelle pour les espèces sauvages sont discutés en fonction des données connues chez les autres Ongulés
Subject: Reconnaissance interindividuelle; Relation mère petit; Comportement maternel; Allaitement; Stimulus chimique; Olfaction; Ontogenèse comportement; Comparaison interspécifique; Brebis; Chèvre; Individual recognition; Mother young relation; Maternal behavior; Breast feeding; Chemical stimulus; Olfaction; Behavioral ontogeny; Interspecific comparison; Ewe; Goat
Publisher: Société nationale de protection de la nature et d'acclimatation de France, Paris (FRA)
Date: 1993

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record