Variabilité spatiale de la réponse au climat du Chêne sessile dans la moitié nord de la France

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_2014_2_107_Merian.pdf 1022.Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/54350  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/54350
Title: Variabilité spatiale de la réponse au climat du Chêne sessile dans la moitié nord de la France
Author: MÉRIAN, Pierre; BERGÈS, Laurent; LEBOURGEOIS, François
Abstract: Le Chêne sessile est une des principales essences des forêts tempérées européennes, aussi bien en termes de répartition spatiale qu’économique. Pourtant, les travaux sur la sensibilité de sa croissance au climat se limitent à des études locales (massif, région), ne permettant pas d’appréhender la variation spatiale de cette sensibilité en lien avec la variabilité des climats régionaux. Nous proposons ici une analyse de la réponse au climat des chênaies sessiliflores sur la moitié nord de la France, cette zone représentant un gradient climatique ouest-est de continentalité, depuis le climat océanique jusqu’au climat semi-continental. Au total, 120 peuplements ont été sélectionnés (720 arbres) pour construire 31 chronologies de croissance radiale. La réponse au climat a été étudiée au travers des années caractéristiques et des fonctions de corrélation bootstrapped. La croissance du Chêne sessile est généralement moins sensible au climat que d’autres essences, même si les croissances extrêmes sont liées au déficit hydrique estival (faible croissance les années chaudes et sèches, forte croissance les années fraîches et humides). En revanche, la sensibilité au climat varie fortement le long du gradient de continentalité. La croissance dépend d’autant plus du déficit hydrique estival que les arbres poussent sous climat océanique ; dans ce contexte, la largeur de cerne dépend aussi positivement des précipitations de l’automne et de l’hiver précédant la saison de végétation. À l’inverse, la sensibilité au froid hivernal tend à augmenter sous climat semi-continental. Ces résultats suggèrent une sensibilité régionale du Chêne sessile aux changements climatiques
Description: Sessile oak is among the major species in European temperate forests, both in terms of spatial distribution and economic value. In spite of this, research on sensitivity of sessile oak growth to climate is confined to a number of local studies (on the scale of a forest or region). Its scope does not enable the spatial variation of this sensitivity in connection with variability in regional climates to be assessed. In this article, we propose an analysis of climate response in sessile oak groves in the northern half of France. This area has a west-east climate gradient of continentality, ranging from an oceanic climate to a semi-continental one. A total of 120 stands were selected (720 trees) to build 31 radial growth chronologies. Climate response was investigated using characteristic years and bootstrapped correlation functions. Sessile oak growth is generally less sensitive to climate than other species, although extremes of growth are connected with water deficit (little growth in hot, dry years, high growth in cool, moist years). In contrast, climate sensitivity varies enormously along the continentality gradient. Growth depends even more on summer water deficit for trees growing in an oceanic climate; in this context, ring width is also positively dependent on rainfall in the autumn and winter preceding the vegetation season. Conversely, sensitivity to cold winter temperatures tends to increase in the semi-continental climate. These findings suggest that the sensitivity of sessile oak to climate change is regional
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2014

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search