Prise en charge des patients atteints de maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI) en France : une enquête nationale auprès des gastro-entérologues libéraux

Show full item record

Files in this item

PDF HEGEL_2014_1_12.pdf 199.5Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/53499  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/53499
Title: Prise en charge des patients atteints de maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI) en France : une enquête nationale auprès des gastro-entérologues libéraux
Author: Duchesne, Charlène; Faure, Patrick; Kohler, François; Pingannaud, Marie-Pierre; Bonnaud, Guillaume; Devulder, Franck; Abramowitz, Laurent; Boustière, Christian; Peyrin-Biroulet, Laurent; CREGG
Abstract: Introduction : Les données sur la gestion actuelle des patients atteints de maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI) sont rares. Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une enquête nationale sur internet réalisée auprès de gastro-entérologues libéraux sous forme de questions à choix multiples en Juin 2012. Résultats : 375 patients atteints de MICI ont été inclus : 48 % d’entre eux avaient une rectocolite hémorragique (RCH). Un antécédent d’hospitalisation concernait un tiers des patients atteints de MICI, et un antécédent de chirurgie 40 % des patients atteints de maladies de Crohn (MC). Deux tiers des patients avaient une maladie active le jour de la consultation (l’activité de la maladie était jugée par le médecin sans score). Soixante pour cent des patients atteints de RCH étaient traités par 5-aminosalicylés contre 18,5 % de MC (p<0,001). Parmi les patients traités par anti-TNF, seulement 4,5 % recevaient un traitement concomitant par immunomodulateur. La moitié des patients avaient eu une coloscopie dans l’année. Concernant le dépistage du cancer colorectal, des biopsies étagées et la chromoendoscopie étaient réalisées dans respectivement 75 % et 40 % des cas. Un score endoscopique d’activité n’était utilisé que chez 10 % des patients. Environ un tiers des patients ayant une MICI avait eu une imagerie dans l’année : l’entéro-IRM représentait environ la moitié de ces prescriptions. Le scanner a été prescrit chez 12 % des patients et l’échographie chez seulement 7 %. Conclusion : De nombreux patients ont encore une maladie active à l’ère des biothérapies, et la proportion de patients recevant une association anti-TNF et azathioprine reste faible en médecine libérale. La coloscopie est toujours la référence pour évaluer l’activité des MICI même si l’IRM est de plus en plus pratiquée. La chromoendoscopie et les scores endoscopiques sont encore sous-utilisés.Background: Data on the current management of inflammatory bowel disease (IBD) are scarce. Materials and Methods: This was a web-based nationwide survey consisting of multiple-choice questions among private gastroenterologists in France in June 2012. Results: 375 IBD patients were analyzed: 48% had ulcerative colitis (UC). History of hospitalization concerned one third of IBD patients, and history of surgery 40% of Crohn’s disease patients (CD). Two thirds of IBD patients had active disease (disease activity was judged by the physician without using a validated tool or a score). The proportion of patients treated with anti-TNF therapy was significantly lower in UC (18.9%) than in CD (38.9 %; p<0.0001). Sixty per cent of UC patients were treated with 5-aminosalicylates as compared with 18.5% of in CD (p<0.0001). Among anti-TNF treated patients, only 4.5% were receiving concomitant immunomodulator. Half of IBD patients had a colonoscopy within the past year. Regarding colorectal cancer screening, random biopsies and chromoendoscopy were performed in 75% and 40% of cases, respectively. An endoscopic score was used for only 10% of IBD patients. About one third of IBD patients had imaging studies within the past year, MRI enterography representing about half of them. Abdominal CT was prescribed for 12% of IBD patients and abdominal ultrasound for only 7% of them. Conclusions: Many patients still have active disease in the biologics era despite an increasing use of immunosuppressive therapy, and the number of patients receiving combination therapy is low in private practice. Colonoscopy remains the gold standard to assess IBD even though MRI is increasingly used in these patients. Chromoendoscopy and endoscopy scores are not often used.
Subject: Maladie inflammatoire chronique intestinale; Prise en charge; Médecine; Inflammatory bowel disease; Management; Private practice
Publisher: ALN Editions, Nancy, France
Date: 2014
Mis à jour: 2014-02-27

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search