Le Reboisement au Sénégal : bilan des réalisations de 1993 à 1998.

Show full item record

Files in this item

PDF 227_238.pdf 296.3Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/4915  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/4915
Title: Le Reboisement au Sénégal : bilan des réalisations de 1993 à 1998.
Author: Diouf, Dégane; Sougoufara, Bassirou; Neyra, Marc; Lesueur, Didier
Abstract: Au Sénégal, la sécheresse et la désertification ont entraîné la réduction des espaces propices aux activités agricoles et pastorales. Le reboisement apparaît de plus en plus comme une alternative pouvant permettre de garantir à la fois une production soutenue et une gestion conservatoire durable des ressources naturelles. Cependant, la production de plants au Sénégal, toutes espèces confondues, a presque régressé de moitié entre 1993 et 1998 et reste dominée par les espèces forestières (77 % des productions). Les espèces exotiques à croissance rapide sont les plus demandées par les populations locales. Durant cette période, la surface annuellement plantée, évaluée à 14 000 ha, est nettement inférieure à la surface déboisée estimée à 80 000 ha/an. Les plantations en plein représentent l'essentiel des réalisations de ces dernières années et sont principalement villageoises et communautaires. L'effort national de reboisement est en baisse constante et les superficies plantées ont diminué de 38 %. Cette situation est en grande partie liée à la récession économique et à la régression de près de 60 % des réalisations des projets de développement forestier qui assurent plus de 58 % des superficies plantées. La situation actuelle du secteur forestier découle de contraintes d'ordre économique, méthodologique, technique et institutionnel qui sont discutées dans cet article.In Senegal, drought and desert creep have reduced the land that can be used for farming and grazing. Reforestation is becoming increasingly an alternative that allows both for sizeable production and sustainable, protective management of natural resources. However, seedling production in Senegal, taking all species together, dropped by nearly 50 % between 1993 and 1998, with forest species prevailing (77 %). The greatest demand from local populations is for fast-growing foreign species. Over this period, the annual surface area planted is estimated at 14,000 ha, i.e., markedly less than the area deforested which is estimated to be 80,000 ha/per annum. Fully-planted stands are the core activity of the last few years and are mainly planted by villages and communities. National reforestation efforts are continually decreasing and the surface areas planted have dropped by 38 %. This situation arises largely from the economic recession and a nearly 60 % decrease in forest development projects that account for some 58 % of surface areas planted. The current situation facing the forestry sector arises from the economic, methodological, technical and institutional constraints that are discussed in this article.
Subject: Sylviculture; Haie; Reboisement; Sénégal; Pépinière; Silviculture; Hedge; Afforestation; Senegal; Nursery
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2002

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search