Enracinements comparés du Chêne sessile, du Chêne pédonculé et du Hêtre. Réflexions sur l'autécologie des essences.

Show full item record

Files in this item

PDF 17_42.pdf 5.234Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/4898  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/4898
Title: Enracinements comparés du Chêne sessile, du Chêne pédonculé et du Hêtre. Réflexions sur l'autécologie des essences.
Author: Lebourgeois, François; Jabiol, Bernard
Abstract: Cet article compare les complexes sol-racines de chablis de Chênes sessile et pédonculé et de Hêtres adultes observés suite à la tempête de décembre 1999 dans 5 types de stations présentant des contraintes édaphiques différentes (régions naturelles du Plateau lorrain et des Plateaux calcaires de Lorraine). Quatre stations correspondent à des sols bien ou moyennement drainés sur limons, limon et argile, argile de décarbonatation. Une autre correspond à un sol très mal drainé sur sable et argile. Les contraintes sont liées à la compacité des horizons, à leur mauvais drainage, leur mauvaise structuration, à la présence d'une nappe temporaire ou à la profondeur d'apparition d'une dalle calcaire en place. D'une façon générale, le Hêtre apparaît nettement plus sensible aux contraintes du sol que le Chêne, ce qui se traduit par la mise en place d'un système d'autant plus traçant que la ou les contraintes sont fortes (augmentation de la surface du complexe sol-racine). Les chênes sont globalement moins sensibles, notamment vis-à-vis de la contrainte liée à l'engorgement. Même si les racines apparaissent déformées, l'enracinement est généralement plus profond et les mottes résultant du déracinement moins "aplaties". En revanche, en l'absence de contraintes fortes, Chêne et Hêtre présentent des complexes sol-racines tout à fait comparables. Les effets de ces déformations sont discutés en termes de conséquences sur l'alimentation hydrique et minérale et sur la stabilité des arbres.This article compares the "soil-root" complex of mature pedunculate and sessile oaks and common beech uprooted by the tempest of December 1999 in northeastern France (the Lorraine tableland and limestone Lorraine tableland). The major edaphic constraints arise from soil compactness, poor structure, waterlogged horizons, and depth of calcareous slab. Beech appears more sensitive than oak to soil constraints. The greater the constraint, the more superficial the "soil-root" complex appears to be. The results are discussed in terms of water balance, mineral nutrition and tree stability.
Subject: Sol forestier; Enracinement; Hydromorphie; Fagus sylvatica; Quercus petraea; Quercus robur; Vosges; Meurthe et moselle; Forest soil; Rooting; Hydromorphy; Fagus sylvatica; Quercus petraea; Quercus robur; Vosges; Meurthe et Moselle
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2002

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search