ÉVOLUTION RÉCENTE DE LA RESSOURCE MELLIFÈRE DANS LE PAYSAGE AGRICOLE FRANÇAIS: LE CAS DES GRANDES CULTURES ET DES PRODUCTIONS FOURRAGÈRES

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2012_4_293.pdf 3.536Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/48810  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/48810
Title: ÉVOLUTION RÉCENTE DE LA RESSOURCE MELLIFÈRE DANS LE PAYSAGE AGRICOLE FRANÇAIS: LE CAS DES GRANDES CULTURES ET DES PRODUCTIONS FOURRAGÈRES
Author: DAVAINE, Jean-Blaise
Abstract: Le présent article s’attache à décrire comment ont évolué les ressources mellifères en France au cours des cinquante à soixante dernières années, tant dans le domaine des grandes cultures (céréales, oléagineux et protéagineux) que des cultures fourragères (annuelles et pluriannuelles). Pendant la période considérée, des espèces végétales cultivées, très utiles aux abeilles, ont fait leur apparition (colza, tournesol), alors que d’autres ont fortement régressé, voire disparu. La simplification des assolements et l’uniformisation des paysages ont pu générer une raréfaction de l’offre en pollen et nectar, en quantité parfois, mais aussi en qualité, voire en disponibilité dans le temps. Ces modifications n’expliquent pas, à elles seules, les surmortalités d’abeilles. Toutefois, en déstabilisant les colonies, elles contribuent vraisemblablement au phénomène général d’affaiblissement qui est constaté, notamment en zones de grandes cultures. Pour cette raison, les pratiques agricoles qui ont profondément évolué depuis les dernières décennies, afin de satisfaire les besoins d’une population croissante et de permettre l’accès à une alimentation abondante et bon marché, doivent encore une fois s’adapter. Cette adaptation passe par la conception, puis l’adoption de nouveaux systèmes de cultures, économes en intrants, plus respectueux des abeilles en particulier, et de la biodiversité animale et végétale en général.
Description: The present article describes how melliferous resources have changed in France over the past fifty to sixty years, both in large-scale crops (cereals, oleaginous et proteaginous) and in fodder production (annual and pluriannual). Over this period, new crops, very useful for bees, were introduced (rapeseed, sunflower), whereas others declined sharply or even disappeared. The simplification of crop rotations and landscape standardisation lead to a scarcity of supply in pollen and nectar, sometimes in quantity, but also in quality, or even in availability over time. These changes alone cannot explain the excessive bee mortality, but by destabilising the colonies, they probably contribute to their current general weakening, particularly in crop production areas. Hence once again, agricultural practices, which have undergone major changes over the past decades to meet the needs of a growing population and provide abundant and cheap food, must adapt. Such adaptation will require the design then adoption of new, low-input crop production systems, more friendly towards bees in particular, and towards animal and plant diversity in general
Subject: abeilles; ressources mellifères; pollen; nectar; produits phytopharmaceutiques; assolement; systèmes de cultures; céréales; oléagineux; protéagineux; cultures fourragères; haies; diversité floristique; bees; melliferous resources; pollen; nectar; phytopharmaceuticals; crop rotation; crop production systems; cereals; oleaginous; proteaginous; fodder; hedges; floristic diversity
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2012

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search