Réduire les émissions de gaz à effet de serre et produire du bois d’oeuvre de Chêne sessile en 100 ans en futaie régulière : deux objectifs conciliables ?

Show full item record

Files in this item

PDF RFF_3_2012_351_362.pdf 144.2Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/48443  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/48443
Title: Réduire les émissions de gaz à effet de serre et produire du bois d’oeuvre de Chêne sessile en 100 ans en futaie régulière : deux objectifs conciliables ?
Author: Fortin, Mathieu; Ningre, François
Abstract: Depuis plus d’une décennie, la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est au coeur des préoccupations des sociétés. Les scientifiques ont cherché à démontrer le potentiel des forêts en matière de réduction des émissions de GES. Comme la sylviculture affecte la croissance des forêts, on peut s’interroger quant à l’effet des différents itinéraires sylvicoles sur le bilan carbone des peuplements. Dans cette étude, nous dressons le bilan carbone d’une futaie de Chêne sessile suivant un itinéraire très dynamique tel que proposé en forêt privée. Cet itinéraire défini par Lemaire (2010) vise à produire du bois d’oeuvre de Chêne sessile en moins de 100 ans. Nous utilisons une chaîne de modèles de croissance et de qualité élaborés dans notre laboratoire pour estimer les stocks de carbone en forêt et dans les produits du bois. La comparaison entre les résultats de cette étude et ceux d’études semblables démontre que l’itinéraire très dynamique maintient des stocks de carbone de 50 tC/ha en moyenne. Cette valeur est toutefois plus faible que celles issues d’un itinéraire classique (Fortin et al., 2012). La substitution d’énergie fossile par des produits du bois (0,5 tC/ha/an) est également plus faible en moyenne. En somme, l’itinéraire génère plus rapidement du bois d’oeuvre de Chêne sessile, mais il le fait au détriment du bilan carbone. Toutefois, l’effet des tempêtes sur ce bilan carbone reste à quantifier et pourrait éventuellement moduler cette conclusion.
Description: For over a decade, reducing emissions of greenhouse gases (GHG) has been a core preoccupation for our societies. Scientists have sought to demonstrate the potential of forests for reducing GHG emissions. Silvicultural practices affect the growth of forests, raising the question of the impact of different silvicultural schemes on the carbon balance of forest stands. In this study, we assess the carbon balance of a sessile oak stand that follows a very dynamic scheme proposed for private forests. The aim of this scheme defined by Lemaire (2010) is to produce timber from sessile oak within 100 years. We use a chain of growth and quality models developed in our laboratory to estimate carbon stocks in forests and in wood products. A comparison between the results of this study and similar studies shows that the dynamic scheme maintains carbon stocks at 50 tC/ha on average. This value is however lower than those derived from a conventional scheme (Fortin et al., 2012). Substitution of fossil energy by wood products (0.5 tC/ha/year) is also lower on average. In short, the dynamic scheme produces sessile oak timber more quickly, but it does so at the expense of the carbon balance. However, the effect of storms on the carbon footprint has yet to be quantified and could alter this conclusion.
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2012

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search