CONTRIBUTION DE LA NEUROCHIRURGIE À L'ÉTUDE DE LA LIBÉRATION DE GNRH CHEZ LA BREBIS

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2008_5_449.pdf 225.1Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/48170  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/48170
Title: CONTRIBUTION DE LA NEUROCHIRURGIE À L'ÉTUDE DE LA LIBÉRATION DE GNRH CHEZ LA BREBIS
Author: CARATY, Alain
Abstract: Cet article décrit les approches neurochirurgicales les plus utilisées chez le mouton permettant de mesurer la libération de GnRH, neurohormone hypothalamique qui contrôle la fonction de reproduction. Deux techniques ont été principalement développées chez cette espèce, la « canulation » du système porte hypophysaire et le prélèvement de liquide céphalo-rachidien dans le troisième ventricule du cerveau. Elles ont permis de montrer de manière unique que cette neurohormone est libérée selon un rythme de base pulsatile en des « pulses » de brève durée et c'est au travers de la variation de la fréquence de ces pulses que le cerveau contrôle l'activité de reproduction. Cependant, avant l'ovulation, la libération de GnRH ne présente plus ce caractère strictement pulsatile. Elle se manifeste par un pic préovulatoire pratiquement synchrone du pic préovulatoire de LH qui se prolonge après l'arrêt de cette décharge hypophysaire de LH.
Description: This article describes the main surgical approaches used in sheep to measure the release of GnRH, the hypothalamic hormone controlling the reproductive function. Two methods have been developed in this species: the hypophyseal portal blood collection and the sampling of cerebrospinal fluid from the third ventricle of the brain. These methods have demonstrated that GnRH is secreted during very short periods of time, called pulses. The GnRH pulses are the link between the neuronal signal and the hormonal signal. The brain controls the stages of the reproductive life through the variation of GnRH pulse frequency. Just prior to ovulation, GnRH secretion is no longer strictly pulsatile and forms a surge, which induces a peak in LH, which in turns triggers ovulation. The GnRH surge extends well beyond that of the preovulatory LH surge.
Subject: Vétérinaire; Microbiologie; Libération; Veterinary; Microbiology; Release
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2008

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search