Régulation du taux d'ovulation chez les mammifères femelles : exemple des gènes de prolificité chez les ovins

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2005_4s_519-s.pdf 229.0Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/48162  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/48162
Title: Régulation du taux d'ovulation chez les mammifères femelles : exemple des gènes de prolificité chez les ovins
Author: MULSANT, Philippe
Abstract: Le mouton peut être considéré comme une espèce modèle pour l'étude du contrôle du taux d'ovulation. En effet, cette espèce présente une grande variabilité génétique du taux d'ovulation et donc, de la taille des portées. Dans de nombreux cas, il a été montré que cette variabilité était due à la mutation d'un seul gène. À ce jour, sept de ces mutations ont été identifiées: elles affectent trois gènes, BMP15, GDF9 et BMPR-IB. Ces trois gènes font partie d'une même voie de régulation par les BMP (bone morphogenetic proteins) dont le rôle ovarien était insoupçonné. L'analyse de mutations naturelles a démontré que certaines protéines de la famille des BMP avaient une double action, étant d'abord indispensables au développement précoce du follicule ovarien et inhibant ensuite sa différenciation hormono-dépendante. L'identification de l'ensemble des mutations mises en évidence devrait permettre de vérifier le rôle exceptionnel de ce « système BMP » ou d'identifier d'autres gènes clés du contrôle de leur taux d'ovulation par les femelles des mammifères.
Description: Sheep provides an interesting model to study ovulation rate control, as this species is associated with a wide genetic variability of its ovulation rate, and hence of the size of its litter. This variability has been shown in numerous cases to be due to the mutation of a single gene. To date, seven mutations have been identified in three different genes: BMP15, GDF9 and BMPR-IB. These three genes belong to the same regulatory pathway involving BMPs (Bone Morphogenetic Proteins), whose role in ovarian development was so far unsuspected. The analysis of these natural ovine mutants demonstrated that certain proteins of the BMP family play a dual role, first as key promoters of early ovarian folliculogenesis and afterwards as inhibitors of its hormone-dependent differentiation. Identifying all the mutations uncovered may confirm the exceptional role of the “BMP system”, or reveal new genes involved in ovulation rate control in female mammals.
Subject: Vétérinaire; Microbiologie; Mutation; Gène; Femelle; Régulation; Mouton; Mammalia; Veterinary; Microbiology; Mutation; Gene; Female; Regulation(control); Sheep; Mammalia
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2005

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search