Utilisation des cellules souches mésenchymateuses dans le traitement des tendinopathies et des desmopathies chez le cheval

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2008_3_251.pdf 184.4Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/47948  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/47948
Title: Utilisation des cellules souches mésenchymateuses dans le traitement des tendinopathies et des desmopathies chez le cheval
Author: DESBROSSE, Francis
Abstract: L'activité sportive du cheval athlète soumet son appareil locomoteur aux forces cycliques de la locomotion, dont les effets s'accumulent avec l'entraînement. Les contraintes en tension et en cisaillement subies par les tendons et les ligaments peuvent atteindre les limites physiologiques et la tendinite apparaît alors comme un accident aigu survenant, souvent, sur un tendon fragilisé, ce qui justifie une thérapeutique régénérative. Les multiples traitements des tendinopathies sont évoqués. Les thérapeutiques régénératives prennent leur place durant la phase subaiguë de la tendinite, à savoir entre la troisième et la douzième semaine qui suivent l'accident. Les thérapeutiques régénératives ont débuté avec les facteurs de croissance IGF-1 et TGF-β. L'utilisation de la moelle osseuse autologue a ensuite été introduite en 1995. La moelle osseuse est récoltée dans le sternum, préférentiellement au niveau de la quatrième sternèbre, puis si nécessaire, au niveau de la troisième, et enfin plus rarement au niveau de la cinquième. L'intervention peut être pratiquée chez le cheval debout. Trois techniques sont actuellement utilisées pour réinjecter la moelle osseuse. La première technique consiste à injecter immédiate la moelle dans la lésion tendineuse. Dans la seconde technique, les cellules souches mésenchymateuses de la moelle sont cultivées jusqu'à l'obtention d'environ dix millions de cellules, ce qui demande trois semaines, puis elles sont injectées dans la lésion. La troisième technique consiste à enrichir la moelle prélevée en plaquettes sanguines et en cellules souches et à éliminer la phase contenant les hématies, par une centrifugation à 3500 tours pendant quinze minutes. L'extrait ainsi enrichi est injecté aussitôt. Dans les trois techniques, les injections dans la lésion sont réalisées sous contrôle échographique. Un programme d'exercice contrôlé est ensuite mis en place pendant plusieurs mois, durant lequel des examens échographiques sont réalisés. Le taux de bons résultats varie entre 50 et 80 % selon les auteurs. Ces résultats sont commentés en faisant apparaître de nombreux biais. La discussion porte sur les autres applications en pathologie équine, les autres sites de prélèvement, l'identification des cellules souches, leur fragilité et les effets secondaires du traitement. Nous ne savons pas quel est l'avenir de ces thérapeutiques et la mise en place d'études contrôlées et randomisées est à prévoir.
Description: The locomotor system of the equine athlete is subjected to cyclic tension and shearing forces, which build-up as training intensifies. When these forces exerted on the tendons and ligaments reach physiological limits, acute tendonitis may develop, often on a weakened tendon, requiring a regenerative treatment. The numerous treatments for tendinopathies are listed in the article. Regenerative therapeutics are indicated in the subacute phase of tendonitis, i.e. between the 3rd and 12th week following the injury. These treatments started with the injection of the growth factors IGF-1 and TGF- b. The injection of autologous bone marrow was first used in 1995. Bone marrow is collected from the sternum, preferably from the 4th sternebra, and if necessary from the 3rd sternebra, or more rarely from the 5th sternebra. The procedure can be carried out with the horse standing. Following its collection, the bone marrow is injected in the injured tendon. Three different techniques are used currently. In the first one, crude bone marrow is injected immediately into the lesion in the tendon under ultrasonographic guidance. In the second technique, the mesenchymal stem cells from the bone marrow sample are cultured until approximately 10 million cells are obtained (this takes 3 weeks), and are then injected in the lesion under ultrasonographic guidance. In the third technique, the bone marrow sample is centrifuged at 3500 rpm for 15 minutes, to obtain platelet and stem cell rich fractions without red blood cells. The enriched extract is injected immediately in the lesion. Discharge instructions include controlled exercise for a few months with regular ultrasonographic reassessments of the tendon. A positive outcome is reported in 50 % to 80 % of cases, depending on the authors. These results are commented, highlighting numerous biases. The discussion includes applications in other equine conditions, other sites for bone marrow collection, the identification and fragility of stem cells, and the side effects of the treatment. We do not know how these treatments will fare in the future, and randomized controlled trials will have to be carried out.
Subject: Tendinite; Vétérinaire; Microbiologie; Facteur croissance; Traitement; Cellule souche; Cheval; Tendinitis; Veterinary; Microbiology; Growth factor; Treatment; Stem cell; Horse
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2008

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search