Biotechnologies de l'embryon dans l'espèce canine

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2007_2_153.pdf 354.7Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/47879  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/47879
Title: Biotechnologies de l'embryon dans l'espèce canine
Author: CHASTANT-MAILLARD, Sylvie; SAINT-DIZIER, Marie; VIARIS DE LESEGNO, Christine; CHEBROUT, Martine; THOUMIRE, Sandra; REYNAUD, Karine; FONTBONNE, Alain
Abstract: La biologie de l'ovocyte et de l'embryon canins, qui présentent des particularités spécifiques, est très mal connue. La chienne se distingue principalement par les modalités de reprise de la méiose ovocytaire : celle-ci n'a pas lieu au moment de l'ovulation, comme chez les autres femelles mammifères, mais dans l'oviducte 48 à 60 heures après l'ovulation. Les facteurs responsables de ce retard ne sont pas connus. Ceci explique sans doute pourquoi les taux de maturation in vitro obtenus à l'heure actuelle sont faibles (10 à 30 %). La collecte des ovocytes est aussi un facteur limitant majeur, en l'absence de protocole efficace d'induction des cycles et de superovulation. Les rendements de fécondation in vitro sont également faibles (10 %), avec un taux élevé de polyspermie. À l'heure actuelle, aucun chiot n'est encore né à partir d'un embryon produit in vitro. Quant aux embryons produits in vivo, leur collecte est difficile pour des raisons anatomiques et le rendement est limité par l'impossibilité d'induire des superovulations; par ailleurs, leur transfert chez des femelles receveuses se heurte aux difficultés de synchronisation des ovulations entre la femelle donneuse et les receveuses, et la littérature ne décrit que six essais, qui ont abouti à la naissance de 45 chiots. Avec un très faible recours à la culture in vitro, quatre naissances de chiots ont été obtenues par clonage de cellules somatiques. Les biotechnologies de la reproduction sont donc largement en retard dans l'espèce canine, qui souffre d'un manque de travaux fondamentaux visant à mieux comprendre ses mécanismes physiologiques spécifiques. Ce déficit est d'autant plus dommageable que le chien prend une place croissante et pertinente en tant que modèle biomédical.
Description: There is very little data available on the specificities of oocyte and embryo biology in bitches. The main difference with other mammals is the time of meiosis resumption: it does not occur before ovulation, but in the oviduct 48 to 60 hours later. The factors responsible for this delay are not known, which may explain why current in vitro maturation rates are so low (10 to 30%). Oocyte harvesting is also a major limiting factor, as there is no effective protocol for the induction of cycles and superovulation. In vitro fertilisation rates are equally low (10%), with a high rate of polyspermia. No puppy has yet been born from an embryo produced in vitro. As for embryos produced in vivo, their collection is difficult due to anatomical reasons and to the fact that superovulation cannot be induced. Embryo transfer to donor bitches is also hindered by difficulties to synchronise ovulations between donor and recipient bitches. Only 6 such trials have been reported in the literature, resulting in the birth of 45 puppies. In vitro cultures are very rarely used, and only four puppies were born from somatic cell cloning with only few hours of in vitro culture. Canine reproductive biotechnologies have thus largely fallen behind, due to a lack of fundamental research to improve our understanding of its specific physiological mechanisms. This deficit is all the more damaging that dogs are increasingly used as relevant biomedical models.
Subject: Vétérinaire; Microbiologie; Méiose; Ovocyte; Embryon; Chien; Veterinary; Microbiology; Meiosis; Oocyte; Embryo; Dog
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2007

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search