Herpès virus en pathologie équine : connaissances actuelles et perspectives

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2003_2_13-mem.pdf 191.4Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/47626  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/47626
Title: Herpès virus en pathologie équine : connaissances actuelles et perspectives
Author: FORTIER, Guillaume; PITEL, Pierre-Hugues; MAILLARD, Karine; PRONOST, Stéphane
Abstract: Plusieurs Herpèsvirus sont capables de provoquer chez le cheval des maladies plus ou moins graves avec une grande part d’entre elles sévissant de façon sub-clinique. Deux virus distincts (EHV1 et EHV4), sont à eux seuls responsables d’une majorité de troubles observables chez les équidés et ayant de graves répercutions économiques. Le virus de l’exanthème coïtal est courant et sévit par petits foyers qui s’autorégulent la plupart du temps avec des méthodes de lutte simples. Le virus EHV2, à tropisme principalement respiratoire, n’est pas encore reconnu comme un agent pathogène majeur dans la mesure ou il induit rarement seul, des manifestations graves chez le cheval. Ses rôles, en tant que co-facteur d’infections de l’appareil respiratoire, reste en cours d’étude mais sa place dans le déclenchement de phénomènes inflammatoires pulmonaires est parfois évoquée et suggérée par certains travaux récents. La situation de la santé équine vis à vis des deux premiers virus cités est très différente puisque nous pourrons les retrouver sur l’ensemble de la planète et toute l’année, impliqués dans les avortements, les maladies respiratoires aiguës ou sub-cliniques (synonyme chez l’adulte de contre-performance), de maladies néonatales ou de formes nerveuses et parfois mortelles dans les foyers sévères de rhinopneumonie. Ces 15 dernières années, l’approche sémiologique et épidémiologique des ces maladies herpétiques ont beaucoup évolué et la mise au point de méthodes de diagnostic telles que l’amplification génique (PCR), les coupes sur organes ou l’amélioration des méthodes sérologiques aura permis aux praticiens de mieux appréhender les foyers en élevage ou à l’entraînement, qui sont de véritables fléaux pour les éleveurs ou entraîneurs. De nombreux progrès restent à accomplir dans le domaine génétique notamment, afin de mieux comprendre les variations de souches sur le terrain et l’apparition de formes nerveuses de ces maladies ainsi que les mécanismes de réactivation virale et les conséquences qu’ils entraînent sur les avortements ou les maladies inflammatoires de l’appareil respiratoire. Enfin, il reste d’énormes avancées à attendre des progrès de la prophylaxie médicale, qui devra proposer des vaccins protecteurs vis à vis de ces trois ou quatre types de virus circulant et de leurs différentes formes d’expression chez l’animal.
Description: In horses, several herpesviruses are responsible for more or less serious conditions, a large number being subclinical. Two distinct viruses (EHV1 and EHV4) account for the majority of observable disorders in this species, and are associated with serious economic repercussions. The virus of coital exanthema is common and occurs in small foci generally self-regulating with simple control methods. EHV2, with a predominantly respiratory tropism, is not yet recognised as a major pathogen as it is rarely responsible on its own for serious signs in horses. Its role as a co-factor in respiratory infections is currently being investigated, and its involvement in triggering inflammatory reactions in the lungs has been suggested in recent studies. The impact of EHV 1 and EHV 4 in equine health is very different, as these viruses are present worldwide and all year round. They are involved in abortions, respiratory conditions, whether acute or subclinical (when they are associated with poor performance), neonatal diseases, and nervous disorders. In severe equine viral rhinopneumonitis, they can be fatal. Over the past 15 years, the semiology and epidemiology approach to these herpes diseases has changed considerably. The development of diagnostic methods, such as genic amplification (PCR), cryo-cutting or improved serological tests, has helped practitioners dealing with these infections, which are a real calamity for horse breeders and trainers alike. Progress has yet to be achieved, particularly in the genetic field, to get a clearer understanding of the variations in field strains, the development of nervous forms, as well as the mechanisms of viral reactivation and their consequences on abortion or respiratory infections. Finally, medical prophylaxis is expected to bring enormous improvement, with the development of vaccines against these three or four types of virus, protecting horses against their different forms of expression.
Subject: cheval; herpèsvirus; EHV; horse; equine herpesvirus; EHV
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2003

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search