Du diagnostic de la rage vulpine à son élimination: Bilan de l'activité du Laboratoire d'études sur la rage et la pathologie des animaux sauvages de Nancy en matière de rage

Show full item record

Files in this item

PDF AVF_2003_1_05-mem.pdf 237.9Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/47613  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/47613
Title: Du diagnostic de la rage vulpine à son élimination: Bilan de l'activité du Laboratoire d'études sur la rage et la pathologie des animaux sauvages de Nancy en matière de rage
Author: AUBERT, Michel
Abstract: Après un bref rappel historique, et en ne retenant que les travaux les plus importants rapportés dans plus de 930 publications, l'auteur analyse les résultats obtenus par le Laboratoire d'études sur la rage et la pathologie des animaux sauvages de Nancy depuis 1970 dans le cadre de ses différentes missions. En matière de diagnostic de la rage, les techniques ont été régulièrement évaluées et affinées et le Laboratoire fut le premier à publier, en 1970, un bulletin épidémiologique mensuel national. Le vaccin de la rage animale a été contrôlé lot par lot depuis 1980 (2 560 tests) : la plupart de ses paramètres de validité, ainsi que les réactions immunitaires des espèces cibles, ont fait l'objet de travaux expérimentaux dont les résultats ont été appliqués sur le terrain ou dans la réglementation nationale. Dans le domaine de la pathogénie de la rage, les conséquences des travaux du Laboratoire furent très importantes en épidémiologie prédictive, puisqu'ils démontrèrent l'existence d'une barrière d'espèce et soulignèrent l'erreur de la destruction d'espèces non vecteurs. Les études sur l'éthologie du renard ont démontré la relative inutilité de la destruction systématique des renards et ont conduit à l'abandon de cette mesure au profit de leur vaccination par voie orale. C'est d'ailleurs l'étude et la mise au point de cette méthode qui ont permis l'éradication de la rage en France : l'efficacité et l'innocuité des vaccins français, ainsi que leur méthode de distribution sur le terrain, étudiées à Nancy, ont servi de modèle au niveau international. Enfin, au titre de Centre collaborateur de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), de laboratoire de référence de l'Office international des Epizooties (OIE) et de laboratoire de référence de la Communauté Européenne, le Laboratoire a également assuré des missions d'expertise ou de formation de cadres dans de très nombreux pays, ainsi que la conduite d'essais inter-laboratoires qui ont été a l'origine de l'abandon des mesures de quarantaine dans plusieurs pays.
Description: After giving a brief background and a description of the most significant works reported in over 930 publications, the author analyses the work which has been carried out since 1970 by the Laboratory of Research on Rabies and Wildlife Diseases in Nancy, as part of its various assignments. Techniques used to diagnose rabies have been evaluated and improved on a regular basis and the Laboratory was the first to publish, in 1970, a monthly national bulletin on epidemiology. The rabies vaccine for veterinary use has been tested batch by batch since 1980 (2,560 tests): the results of experiments testing most of the validation parameters, as well as immune responses in the target species, were applied in the field or incorporated in the national legislation. The Laboratory’s work has had a major impact on predictive epidemiology, as it demonstrated the existence of a species barrier and proved that destroying non-vector species was of no use. Studies on fox ethology have shown the relative ineffectiveness of the systematic destruction of this species, and as a result, this measure was replaced by oral vaccination. It is in fact these studies and the development of this vaccination method which led to the eradication of rabies in France: the effectiveness and safety of French vaccines, as well as their method of distribution in the field, which were tested in Nancy, served as a model on an international level. Finally, as the Collaborating Centre of the World Health Organization (WHO), as the reference laboratory of the Office International des Epizooties (OIE), and as the reference laboratory of the European Union, the Laboratory in Nancy also carried out expert assignments and training programmes for professionals in numerous countries, as well as inter-laboratory trials, which have prompted several countries to give up their quarantine measures.
Subject: Rage; Immunoprophylaxie; Voie orale; Vaccination; Renard; Diagnostic; Virus rage; Rabies; Immunoprophylaxis; Oral administration; Vaccination; Fox; Diagnosis; Rabies virus
Publisher: Académie vétérinaire de France, Paris (FRA)
Date: 2003

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search