Une faille dans le dépistage du cancer colorectal : le cancer d’intervalle

Show full item record

Files in this item

PDF Cancero_dig_2012_3_145_149.pdf 85.63Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/47608  |   DOI : 10.4267/2042/47608
Title: Une faille dans le dépistage du cancer colorectal : le cancer d’intervalle
Author: Lambert, René
Abstract: Le risque de cancer colorectal se mesure par 3 paramètres : La mortalité, ou nombre de décès par le cancer considéré survenus dans la même année est aussi un taux standardisé pour 100 000 personnes. La survie est représentée par le taux de survie des cas incidents, 5 ans après détection. En France, ce taux était de 55,4 % chez l’homme et 61,5 % chez la femme, en 1990-1994. Les facteurs de risque sont la consommation excessive de viande et insuffisante de fruits et de légumes et l’excès de poids. La prévention secondaire implique la détection précoce du cancer au stade curable ainsi que le traitement des adénomes colorectaux précurseurs. De nombreux pays développés ont institué un dépistage de masse de ce cancer par un test filtre – le test du sang occulte fécal – suivi d’une coloscopie chez les personnes dont le test est positif. Le dépistage de masse réduit la mortalité par cancer de 15 à 18 % dans les essais européens, sans impact sur l’incidence. Le dépistage individuel repose sur une coloscopie primaire sans test filtre, et réduit l’incidence comme la mortalité ; cependant, il ne met pas à l’abri d’un cancer déclaré entre 2 et 5 ans après une coloscopie faussement négative. Le risque de cancer d’intervalle n’est pas négligeable et représente au moins 50 % des cancers détectés dans ces protocoles de surveillance. Ces cancers prédominent sur le colon proximal, d’exploration endoscopique plus difficile.The risk of colorectal cancer in a country is evaluated through 3 parameters: – Incidence, the number of cases occurring in a year, is expressed as an age standardized rate for 100 000 persons – Mortality is also an age standardized rate for 100 000 persons. Survival is evaluated as a survival rate 5 years after detection of incident cases; in 1990-1994 in France this rate was 55.4% in men and 61.5% in women. Risk factors for this cancer are the excessive consumption of meat, with excess weight of the person, and low consumption of fruit and vegetable. Secondary prevention is based on early detection of curable cancer and treatment of precursor colorectal adenomas. Many developed countries have organized mass screening with a filter test, the fecal occult blood test and colonoscopy in persons positive to the test. In Europeans trials this strategy reduced mortality by 15% to 18% without having impact on the incidence of this cancer. Individual screening directly based on a primary colonoscopy has a significant impact on mortality and incidence. However interval cancer may occur 2 to 5 years after a false negative colonoscopy. There is a significant risk of interval cancer which represents at least 50% of cancers detected in the surveillance programs. Interval cancer is more frequent in the proximal colon, which is more difficult to explore.
Subject: Cancer colorectal; Cancer d’intervalle; Dépistage; Coloscopie; Sigmoïdoscopie; Prévention primaire; Colorectal cancer; Interval cancer; Screening; Colonoscopy; Sigmoidoscopy; Primary prevention
Publisher: ALN Editions, Nancy, France
Date: 2012

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search