Le suicide en cancérologie : une question taboue ?

Show full item record

Files in this item

PDF Cancero_dig_2012_3_118_122.pdf 92.13Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/47603  |   DOI : 10.4267/2042/47603
Title: Le suicide en cancérologie : une question taboue ?
Author: Reich, Michel; Ruszniewski, Martine
Abstract: Le suicide représente un problème de santé publique en France. S’il apparaît plutôt rare dans le champ de l’oncologie, l’expression d’idéations suicidaires voire un passage à l’acte réussi ou non interpelle toujours le soignant en charge du patient. Sujet tabou, rarement abordé avec les patients par les soignants non spécialistes du champ psychique, il n’en demeure pas moins un risque potentiel à toutes les étapes de l’évolution de la maladie cancéreuse. Traduction d’une souffrance psychique voire d’une vulnérabilité au stress, la crise suicidaire ne doit pas être négligée. Elle justifie une évaluation des facteurs de risque de vulnérabilité suicidaire et leur prise en charge. De multiples hypothèses et modèles étiopathogéniques du suicide foisonnent au sein de la littérature : origine psychodynamique, modèle bio-psychologique de vulnérabilité au stress, mécanisme de défense qui in fine ne peuvent réduire le suicide à une simple réaction secondaire au cancer. Une typologie du suicide spécifique à l’oncologie est à rechercher systématiquement. Outre les aspects éthiques, médico-psychiatriques et de prévention du suicide, la prise en compte de la souffrance des soignants exerçant en oncologie et confrontés à ce phénomène reste encore trop peu appréhendée. Si une approche globale du patient suicidaire apparaît logique, un travail de liaison auprès des équipes soignantes reste indispensable afin d’éviter que la crise suicidaire ne se transforme en crise institutionnelle.Suicide is a significant public health problem in France. Even if rare in the field of oncology, the expression of suicidal ideation or suicide commitment, whether successful or not, always questions health care providers in charge of cancer patients. If not specialized in psychology they rarely discuss this taboo subject with the patients. Nevertheless a potential risk exists at each stage of the cancerous disease progression. Being the expression of a psychological distress or stress vulnerability, the suicidal crisis should not be neglected. Factors of risks and suicidal vulnerability should be assessed as well as their management. Many hypotheses and etiopathogenic models of suicide are reported in literature: psychodynamic origin, bio-psychological model of stress vulnerability, defense mechanism which in fine cannot reduce suicide to a mere reaction secondary to cancer. A typology of suicide specific to oncology should be systematically investigated. Apart from the ethical, medicopsychiatric aspects and means to prevent suicide, the suffering of oncology nursing staff confronted to this problem should also be addressed. If an overall approach of suicidal patient appears logical, a collaborative work with the care teams remains indispensable in order to avoid suicidal crisis becoming institutional crisis.
Subject: Cancer; Suicide; Dépression; Souffrance globale; Facteurs de risque; Cancer; Suicide; Depression; Overall distress; Risk factors
Publisher: ALN Editions, Nancy, France
Date: 2012

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search