La formation en Europe : une mission interculturelle à l’ère planétaire

Show full item record

Files in this item

PDF Hermes_2011_60-111-114.pdf 543.0Kb
Pour citer ce document :
URI http://hdl.handle.net/2042/45451
DOI https://doi.org/10.4267/2042/45451
Title La formation en Europe : une mission interculturelle à l’ère planétaire
Author WULF, Christoph
Abstract À la suite de Penser l’Europe (Morin, 1987), la thèse suivante est avancée : aujourd’hui, la formation culturelle en Europe (die Bildung) n’est plus seulement une tâche nationale mais bien une tâche interculturelle. Ce n’est qu’en s’adonnant à celle-ci que les systèmes culturels européens peuvent donner à la génération suivante la capacité de concevoir de manière productive les deux tendances qui déterminent la mondialisation : l’homogénéisation et la diversité culturelle. Dans ce processus, il s’agit avant tout d’apprendre à affronter l’étrangéité ou bien encore l’altérité. Il faut comprendre que les formes européennes du logocentrisme, de l’égocentrisme et de l’ethnocentrisme véhiculent un danger, celui de réduire la rencontre avec l’étranger à quelque chose de connu au lieu de nous y apprendre quelque chose, d’y apprendre à supporter un certain degré de non compréhension de l’étranger et de non-identité, d’y apprendre une pensée hétérologique. Dans le processus de formation interculturelle, il y va d’incertitude et de complexité, de différence et de transgression, il s’agit de vivre avec un nombre croissant de formes culturelles hybrides.
Subject unitas multiplex; La Tête bien faite; Terre-Patrie; étrangéité; pensée hétérologique; hybridité
Publisher CNRS Editions, Paris (FRA)
Date 2011

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search