Traducteurs, associations professionnelles et marché : approches empiriques

Show full item record

Files in this item

PDF Hermes_2010_56-77-82.pdf 215.7Kb
Pour citer ce document :
URI http://hdl.handle.net/2042/37397
DOI https://doi.org/10.4267/2042/37397
Title Traducteurs, associations professionnelles et marché : approches empiriques
Author DWYER, Tom
Abstract Cet article porte sur les aspects non communicationnels du métier des professionnels de la traduction. Les différents métiers de la traduction exigent des compétences linguistiques en réalité très diversifiées. Des données récentes, notamment d’Europe et d’Amérique du Nord, démontrent l’importance du « secteur des services linguistiques ». Si l’on dispose assez largement de statistiques fiables sur l’ampleur du marché de la traduction dans les pays développés, on n’en a pratiquement aucune pour les pays en voie de développement, même les plus grands. Nous savons très peu de choses des conditions de travail des traducteurs, mais une récente étude européenne montre qu’en général les traducteurs littéraires sont mal payés et souvent soumis à de lourdes charges de travail, ce qui nuit à la qualité. D’autres études sont manifestement nécessaires. La Fédération internationale des traducteurs (FIT) vise à promouvoir le professionnalisme des métiers de la traduction et l’amélioration des conditions de travail des traducteurs en rassemblant les diverses associations nationales. Néanmoins, les instances dirigeantes de cette fédération sont dominées par l’Europe et les États-Unis alors même que l’on assiste à l’émergence de nouvelles puissances sur la scène mondiale et que les besoins en traduction ne cessent d’augmenter : ce sont de tels déséquilibres que l’article entend également aborder.
Description This article looks into the non-communicational aspects of the work of translating professionals. Translators work in a variety of jobs that require a range of language skills. Recent data, particularly from Europe and North America, demonstrate the economic importance of the “language services industry”. Reliable statistics on the size of the labour market are available principally from developed countries, but there is a lack of such data on even the largest developing countries. We know very little about the working conditions of translators; however, a recent European survey indicates that, in general, literary translators are poorly paid and frequently required to take on heavy work loads, with negative consequences for quality. More studies are clearly necessary. As a forum for national translators’ associations, the International Federation of Translators (FIT) promotes professionalism in the translating field and proper working conditions for translators. However, the FIT’s governing bodies are dominated by Europe and North America, despite the rise of the new economic powers and the increase in demands for translation. This paper also discusses some of the consequences of these imbalances.
Subject secteur des services linguistiques; marché de la traduction; FIT; conditions de travail des traducteurs; Fédération internationale des traducteurs; FIT; working conditions of translators; linguistic services industry; translation market; International Federation of Translators
Publisher CNRS Editions, Paris (FRA)
Date 2010

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search