Problèmes posés par la gestion des hêtraies ariégeoises

Show full item record

Files in this item

PDF AEF_1960_17_4_451.pdf 1.162Mb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/33590
Title: Problèmes posés par la gestion des hêtraies ariégeoises
Author: ROGER, G.
Abstract: La construction à Saint-Gaudens d'une usine de cellulose remeten vedette nos hêtraies ariégeoises. Notre but sera aujourd'huid'étudier la forêt domaniale du Consulat de Foix pour dire sonintérêt clans la situation économique actuelle et rappeler les problêmesque pose sa gestion. Il s'agit d'un vaste domaine couvrant près de 5 000 ha comprenantd'une part 1 890 ha de vacants grevés de droit d'usage aupâturage et 3 170 ha de bois, domaine incontesté du hêtre. Le domaineboisé lui-même se divise en deux massifs d'importance inégale:--- le massif de Barguillère-Andronne couvrant 3 020 ha sur larive droite de l'Ariège,--- le massif de Pradières couvrant 150 ha situés sur les chaînonsdu Plantaurel. Le massif de Barguillere fait partie du Front Pyrénéen. On ytrouve des terrains d'âge silurien et ordovicien alors que l'anticlinalde Pradières relève des Petites Pyrénées (terrains d'âge aptienet cenomanien). Dans le massif de Barguillère, nous verrons dessols bruns plus ou moins lessivés alors qu'a Pradières les rendzinescalcaires domineront. La pluviosité n'est pas la même sur lesdeux massifs : dans la Barguillère, il tombe entre 1 200 et 2 000 mmd'eau par an alors que pour le massif de Pradières, la hauteurannuelle oscille entre 800 et 1 000 mm. Cette différence de sol etde climat explique les différences que l'on relève dans le peuplementvégétal . A Barguillère, nous sommes en présence d'une hêtraiesur sol siliceux alors qu'à Pradières, c'est une hêtraie surbuis. A l'heure actuelle, la répartition des essences est la suivante :Hêtres 80 %,Divers 12 %,Pins 4 %,Chênes 1 %,Châtaigniers 2,5 %,Sapins 0,5 %. Il faut noter que les pins proviennent des plantations faites sousle Second Empire dans les parties les plus dégradées des forêts. Le hêtre se présente sous tous ses aspects : taillis furetés plus oumoins dégradés, taillis en voie de conversion naturelle, futaie sursouche à tous les stades. Pour expliquer cette diversité, il faut serappeler que la forêt est grevée depuis le XIIIe siècle de droitsd'usage au bois de feu. Aussi, de très bonne heure a-t-elle été diviséeen deux sections, l'une de taillis fureté où étaient recrutésles bois d'affouage, l'autre de réserve où étaient martelées les coupesvendues au profit exclusif de l'Etat. Un relevé statistiquesérieux portant sur les coupes vendues depuis 30 ans montre quepour qu'une coupe soit vendue et complètement exploitée, il fautque les deux conditions suivantes soient réalisées:1° les produits doivent se vidanger par route,2° un nouveau débouché économique doit être créé pour l'utilisationdes bois feuillus de faible diamètre.L'aménagement qui a été rédigé tient compte de ces suggestions.La division en deux sections n'a pas été maintenue, car la dépopulationqui sévit en .Ariège depuis 30 ans entraîne l'abandon plusou moins total de l'affouage.La forêt domaniale du Consulat de Foix ne formera plus qu'unesection unique de futaie résineuse divisée elle-même en plusieursséries (9 pour l'ensemble de la forêt).Chaque série comprendra deux suites de parcelles:une suite usagère englobant les anciennes séries de taillisfuretés ;une suite de vente englobant les parcelles des anciennes sériesde futaie.A l'intérieur des suites usagères, notes avons distingué :1 ° un lot de parcelles qui seront parcourues par les coupes délivréesaux riverains,2° un lot de parcelles mises en repos. Il faut dire que les coupes d'affouage sont des coupes très légèresqui s'apparentent aux coupes de nettoiement et qui peuventde la sorte être justiciables du régime de la futaie. II est probabled'ailleurs que d'ici 30 ans, en raison de l'exode rural, la question(du cantonnement) ou même d'exercice du droit d'usage ne seposera plus. L'Etat récupérera ainsi la jouissance totale de tout sondomaine et les parcelles des suites usagères mises en repos ou visitéespar les coupes d'amélioration constitueront la deuxième tranchedu programme de reboisement à réaliser au cours de la rotation1990-2020.Le problème qu'il fallait résoudre était le suivant : que faire dansles suites de vente?Le but à obtenir est clair. La forêt du Consulat de Foix est uneforêt subclimacique. La sapinière a disparu pour des raisons bienconnues (forges à la catalane, abus de jouissance). II faut doncpratiquer tine conversion indirecte et enrésiner ces vieilles hêtraies après que les peuplements aient été visités par une coupe de conversion.Mais il faut prévoir ayant le martelage des coupes laconstruction d'une route de vidange. Le schéma du travail à entreprendresera le suivant:l'année n 2, construction d'une route de x km desservanty ha,-- l'année n, martelage d'une coupe dans les y ha, coupe prélevant40 : du matériel, coupe de conversion,- - l'année n + 2, enrésinement des y ha,--- l'année n + 12, coupe d'éclaircie clans les y ha, coupe de premièreéclaircie,l'année n + 24, coupe d'éclaircie dans les v ha, coupe dedeuxième éclaircie,l'année n + 34, coupe d'éclaircie dans les y ha, coupe detroisième éclaircie.On peut espérer ainsi que d'ici 25 à 30 ans, le vieux peuplementfeuillu sera réalisé et que la jeune forêt climacíque sera installée.Nous ajouterons que le plus souvent la coupe de conversion seraune coupe préparatoire à l'ensemencement ou même une couped'ensemencement. Les idées forces du futur aménagement s'énoncentainsi:1° Conversion indirecte par substitution d'essences tout en continuantà travailler le hêtre.2° Assiette des coupes dans les parcelles dont la vidange nesoulève plus de problème.Si le travail d'équipement indispensable est réalisé, il sera possibleau cours des 30 années a venir de recruter dans la forêt domanialeprès de -1-00 000 stères de cellulose.La forêt du Consulat peut donc être prise comme une forêt pilote.Depuis 1940, près de 20 km de route ont été ouverts. D'aprèsl'aménagement, il faut encore en construire une trentaine. Par ailleurs,près de 600 ha de hêtraies ont déjà été enrésiués et nousespérons que d'ici 1990 les enrésinements s'étendront encore surplus de 500 ha. Nous nous attacherons également à régénérer lesvieilles pineraies plantées sous le Second Empire.Il faut dire en terminant que si les travaux d'équipement présententaujourd'hui un caractère de rentabilité certaine, cela est ditau fait que depuis un siècle les forestiers de tout grade ont sugérer correctement la foret en satisfaisant le mieux possible lesbesoins des usagers sans pour autant hypothéquer l'avenir.Nous terminerons donc par un hommage au courage de nosanciens qui ont su reprendre cette foorêt sortie atrocement mutiléedes guerres des demoiselles pour la transformer en une hêtraieétoffée qui aujourd'hui figure parmi les plus belles forêts feuilluesdu département de l'Ariège.The building of a cellulose factory in St Gaudens emphasizesthe interest of our beech forests in Ariège. Today, our aim willbe to study the state forest of the Foix Consulate, to show thepart it has in the present economic situation and to recall to mindthe problems set by its management.This state forest is a large area of nearly 5 000 ha including onthe one hand 1890 of waste land subject to right of pasture and3 170 ha of wood, the undisputed beech land. The forest areaitself is divided into two stands of unequal size:— the Barguillère-Andronne stand which covers 3 020 ha onthe right side of the river Ariège,--- the Pradières stand which covers 150 ha situated on thePlantaurel range.Barguillère stand is part of the Pyrenees foot-hills. There Silurianand Ordovician formations can he found, though Pradièresanticline belongs to the Small Pyrenees (Aptian and Cenomanianformations). In Barguillère stand, we shall see brown soils more orless leached whereas in Pradières calcareous rendzins will prevail.The amount of precipitation is not the same in the two stands ; inBarguillère, it falls between 4,7 and 7,8 inches (1 200 and 2 000mm) of water a year whereas for Pradières stand, annual heightfluctuates between 3,1 and 3,9 inches (800 and 1 000 mm). Thesedifferences in soil and climate explain the differences which canhe noticed in vegetation.In Barguillère, we find a beech forest on a siliceous soil whereasin Pradières it is a beech forest with box. At present, species distributionis as follows :Beeches 80 %Various species 12 %Pines 4Oaks . 1 0Chestnuts 2,5 7eFirs 0,5 ,7eIt must be noticed that pines come from plantations mode duringthe Second Empire in the most degraded parts of the forests. Beeches appear ill all their aspects: more or less degraded coppices inwhich selection fellings have been made, coppices on the way tonatural conversion, high forest at every stage of development. Toexplain this variety, it must be remembered that since the 13thcentury, the forest has been divided very early into two sections;a section of coppices in which selection fellings were made providingfirevvoods, a reserve section in which were marked the cuttingssold to the sole benefit of the State. A reliable statistical statementdealing with the cuttings which. were sold during the last 30years shows that for a cutting to he sold and completely exploited,the two following conditions must he fulfilled:1° Products must be cleared by road,2° A new economic outlet must be opened to utilize small sizehardwood.The workin-plan made takes these suggestions into account. Thedivision into two sections has not been maintained because the depopulationwhich has prevailed for 30 years partly leads to thegiving up of the right to firewood.The state forest of the Foix Consulate will form a single coniferousforest itself divided into several compartments (9 for thewhole forest).Each compartment will include two sets of sub-compartments:— a set for rightholders including the former coppice compartmentsin which selection fellings had been made;a set for sales including the sub-compartments of the formerhigh-tree compartments.In the sets for rightholders, we have distinguished:1° a group of sub-compartments for cuttings delivered to adjacentowners,2° a group of sub-compartments put at rest.It crust be mentioned that firewood cuttings are very light onessimilar to cleaning cuttings and therefore to which high-forest systemcan he applied. Besides, it is likely that within the next thirtyyears, owing to rural exodus, the problem of the limitation or eventhe ,practice of the right of users will no more claim our attention.Thus the, State will recover the entire use of all its property andthe sub-compartments of the rightholders' sets put at rest or runby improvement-cuttings will form the second part of the programof reafforestation We intend to carry out in the course of 1990-2020felling cycle.The problem which was to be solved was the following: whatwas to be done in the sets for sales?The aim to be reached is obvious. The forest of the Foix Consulateis a subclimacic forest. Firs have disappeared for well knownreasons (Catalan forge, excessive use). Therefore, it is necessary topractise an indirect conversion and plant these old beech forests with conifers after the stands have been run by a conversion cutting.But before the marking it is necessary to provide for a clearanceroad. The design of the work to be undertaken will be asfollows:— year n 2, building of a road of x km connecting y ha,— year n, marking of a cutting in the y ha, cutting taking away40 % of the growing stock, conversion cutting,— year n 2, planting the y ha with conifers,— year n + 12, thinning in the y ha, first thinning.— year n 24, thinning in the y ha, second thinning.— year n -1- 34, thinning in the y ha, third thinning.Thus, it can be hoped that within the 25 or 30 next years, theold hardwood stand will be ralized an that the young climacicforest will be set up. We shall add that more often than not theconversion cutting will be a cutting preliminary to seeding of evena seedind cutting. The main ideas of the future management canbe set forth as follows:1° Indirect conversion by substituting species while exploitingbeeches.2° Locations of fellings in the sub-compartments the clearingof which no longer sets any problem.If the necessary equipment work is carried out, it will be possiblewithin the next thirty years to crop 400 000 cubic metresof cellulose in the state forest.Therefore, the Consultate forest can be taken as a pilot-forest.Since 1940, nearly 20 km of roads have been opened. According tothe working plan, 30 more must be built. On the other hand, nearly600 ha of beech forest have already been planted with conifersand we hope that before 1990, the planting of conifers will extendto 500 ha more. We shall equally try to regenerate the old pinestandswhich were planted during the Second Empire.As a conclusion, it must be said that if equipment operations aretoday obviously profit-earning, it is due to the fact that forestersof all ranks have been able to manage the forest adequately, meetingas best they could with users' needs whithout impairing the future.Therefore, we shall finish with an homage to our predecessorswho have been able to recover this forest which had been awfullydamaged by these « guerres des demoiselles » to turn it into athick beech forest which is today one of the finest hardwood forestsin the Ariège department.
Publisher: ENEF, Ecole nationale des eaux et forêts, Nancy (FRA)
Date: 1960

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search