La surveillance numérique au travail

Show full item record

Files in this item

PDF HERMES_2009_53_85.pdf 130.4Kb
Pour citer ce document :
URI http://hdl.handle.net/2042/31481
DOI https://doi.org/10.4267/2042/31481
Title La surveillance numérique au travail
Author BOUCHET, Hubert
Abstract Avec le salariat et le rassemblement des ouvriers sur les mêmes lieux, dans le même temps et pour une tâche commune, la surveillance est apparue comme plus « nécessaire ». Les techniques se sont naturellement installées dans l'univers de la surveillance au travail, marquant plusieurs étapes. Autrefois, vigiles, contremaîtres et cadres assuraient la surveillance. Une seconde étape a été matérialisée par l'installation des automatismes de première génération, avec les badges notamment. La troisième étape a enrichi les dispositifs du recours à la vidéo, avec la capture des images et des sons. Plus récemment, la cyber-surveillance a pris place, avant que les techniques biométriques n'apparaissent. Le caractère de plus en plus intrusif des moyens de la surveillance apparaît avec leur possible mise en oeuvre à l'insu des « surveillés ». Dans cet univers, la Cnil doit s'assurer du respect de l'esprit et des termes de la loi Informatique et Libertés. Mais chacun doit être appelé à la vigilance et veiller personnellement au bon usage des traces qu'il laisse et qui peuvent aller sommeiller dans un fichier jusqu'au jour où...!With salaried employment and the presence of an entire workforce in the same premises and at the same time, supervision is considered as increasingly "necessary". Technology has naturally become established in the world of workplace supervision, developing through different stages. In the past, the task was entrusted to security guards, foremen and supervisors. Next came first-generation automation, particularly with the introduction of badges. The third phase brought in video recordings, with image and sound capture. More recently, cyber-supervision was frequently used before being superseded by biométrie techniques. With today's possibilities for installing work supervision systems without the knowledge of those being supervised, they have become increasingly prevalent. The French data protection authority (CNIL) is responsible for enforcing observance of the terms and the spirit of the French data protection act (LIL). However, it is up to each one of us to be vigilant and to make sure, individually, that the digital traces we leave behind us are properly used and are not waiting patiently in some obscure archive for the day when ...
Subject Surveillance; Système numérique; Lieu de travail; France; Ethique; Vidéo; Politique publique; Monitoring; Workplace; France; Ethics; Video; Public policy
Publisher CNRS Editions, Paris (FRA)
Date 2009

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search