Évaluation du préjudice monétaire subi par les propriétaires forestiers suite à la tempête Klaus : le cas des dégâts subis par le Pin maritime

Show full item record

Files in this item

PDF 049_066_COSTA.pdf 415.5Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/28865  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/28865
Title: Évaluation du préjudice monétaire subi par les propriétaires forestiers suite à la tempête Klaus : le cas des dégâts subis par le Pin maritime
Author: Costa, Sandrine; Lecocq, Marie; Drouineau, Sébastien; Peyron, Jean-Luc
Abstract: Cet article présente une évaluation du préjudice monétaire supporté par les propriétaires forestiers suite à la tempête Klaus (2009). Il concerne uniquement les dégâts subis par le Pin maritime, dans les peuplements où il est l’essence principale. Il utilise et approfondit une méthode développée à l’occasion des tempêtes Martin et Lothar (1999). Des améliorations ont été rendues possibles grâce aux données quantitatives très détaillées sur les dégâts physiques pour le Pin maritime, fournies par l’Inventaire forestier national rapidement après la tempête Klaus. Différents scénarios de récolte des arbres non affectés par la tempête sont étudiés. Le préjudice est compris entre 1,34 et 1,77 milliard d’euros suivant les scénarios et les hypothèses. Si toutefois, notamment du fait de l’extrême atonie des marchés, l’érosion des prix s’avérait encore plus marquée que dans notre scénario le plus défavorable, et les volumes exploités encore inférieurs, le préjudice effectif pourrait être plus élevé mais augmenterait d’au plus 10 %. Par ailleurs, les dégâts physiques ont été évalués en rapprochant les dégâts observés dans les peuplements recensables, et les volumes avant tempête issus des campagnes d’inventaires de l’IFN depuis 2004. Le préjudice ne tient donc pas compte des dégâts subis par les arbres qui n’étaient pas recensables lors du passage de l’IFN avant tempête. Il ne tient pas non plus compte de l’accroissement en volume entre le passage de l’IFN avant tempête et la tempête. Cette évaluation donne non seulement un ordre de grandeur du montant des dommages mais permet aussi d’apprécier le coût supplémentaire résultant de la récolte d’arbres restés sur pied. Elle incite à limiter une telle exploitation aux seuls cas où elle s’avère absolument nécessaire et, si tel est le cas, à la différer autant que possible. Les différentes composantes du préjudice qui sont estimées ici sont la perte de valeur marchande (entre 562 et 952 millions d’euros selon l’évolution des marchés et les choix d’exploitation), la perte de valeur d’avenir (entre 131 et 178 millions d’euros), les surcoûts de restauration (entre 364 et 393 millions d’euros), les effets indirects sur les peuplements épargnés (entre 246 et 287 millions d’euros).
Description: The article describes an evaluation of the pecuniary loss suffered by forest owners as a result of the Klaus storm due to damage to maritime pine in stands where it is the principal species. The evaluation uses and develops the method proposed by Peyron (2002) in the case of the Martin and Lothar storms. This was made possible by the very detailed quantitative data about the physical damage to the maritime pine supplied by the National Forest Inventory shortly after the Klaus storm. A number of scenarios for harvesting undamaged trees are considered. The loss is evaluated at between 1.34 and 1.77 billion euros depending on the scenario. The evaluation shows that from an economic standpoint it is preferable to harvest as little of the remaining standing timber as possible and that, when it is necessary to log the trees that were spared, this should be deferred for as long as possible. The various components that make up the loss as estimated are the loss in market value (between 562 and 952 million euros depending on market trends and harvesting options), the loss in future value (between 131 and 178 million euros), additional charges for reafforestation (between 364 and 393 million euros), the indirect effects on the stands that were spared (between 246 and 287 million euros).
Publisher: AgroParisTech, Nancy, France
Date: 2009

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search