Estimation de l’influence de la couverture forestière sur les pluies en montagne : exemple du massif de la Chartreuse

Show full item record

Files in this item

PDF 711_726_DUMAS.pdf 626.9Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/28369  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/28369
Title: Estimation de l’influence de la couverture forestière sur les pluies en montagne : exemple du massif de la Chartreuse
Author: DUMAS, Dominique
Abstract: Une gestion cohérente des eaux d’un massif montagneux nécessite une connaissance précise des précipitations arrivant au sol. Or, la forêt intercepte et retient un pourcentage plus ou moins élevé des pluies sur son feuillage diminuant du même coup la quantité d’eau réellement reçue par le sol. L’eau disponible pour l’écoulement, ou pour les réserves souterraines, est donc plus réduite que celle définie à partir des seuls relevés météorologiques. Sur le massif de la Chartreuse, l’influence sur les précipitations de la couverture forestière, fortement présente dans le paysage, reste encore mal appréciée. Cette première étude tente d’évaluer et de cerner la perte en eau liée à l’interception forestière à l’échelle d’un massif. Sur le massif de la Chartreuse, elle représente une lame d’eau annuelle d’environ 300 mm, soit 16 % des précipitations météorologiques annuelles reçues sur l’ensemble massif. Cette valeur, non négligeable, montre bien l’intérêt dans les approches hydroclimatiques d’une prise en compte de l’interception des pluies par la forêt, notamment sur ces espaces de moyenne montagne souvent fortement boisés.
Description: Proper management of Chartreuse Mountains water resources requires precise knowledge of the rainfall reaching ground level. Foliage partially intercepts and absorbs rainfall, thus reducing the amount which actually reaches the soil. Runoff and underground water is consequently available in lower quantities than what would be expected simply from examining rainfall records. The influence of the Chartreuse range’s dense forest cover on rainfall is not yet fully understood. In this study, water loss due to forest interception was assessed and defined. It was estimated as the equivalent of 300 mm per annum, or 16 % of overall annual precipitation falling on the range. This is a significant amount and shows the importance of including the forest rainfall interception factor in climatological studies of water resources, especially in thickly forested upland areas.
Publisher: ENGREF, Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts, Nancy, France
Date: 2008

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search