Conséquences de la création d’AgroParisTech sur les formations d’ingénieurs forestiers en France

Show full item record

Files in this item

PDF 681_690_ROMAN.pdf 311.8Kb

Pour citer ce document :
URI: http://hdl.handle.net/2042/28367  |   DOI : https://doi.org/10.4267/2042/28367
Title: Conséquences de la création d’AgroParisTech sur les formations d’ingénieurs forestiers en France
Author: ROMANT-AMAT, Bernard
Abstract: Au premier janvier de 2007, la fusion de l’Institut national agronomique de Paris-Grignon, de l’École nationale supérieure des Industries agricoles et alimentaires et de l’École nationale du Génie rural, des Eaux et des Forêts a donné naissance à AgroParisTech. L’auteur expose les conséquences, déjà constatées et prévisibles, de cette fusion sur les formations supérieures françaises en foresterie. Il montre d’abord qu’AgroParisTech est un établissement de taille internationale intégré dans l’espace européen de l’enseignement supérieur (processus de Bologne), qui se distingue en ne formant pas au niveau “bachelor”. Il analyse ensuite les importantes conséquences que la fusion devrait produire aux trois niveaux des formations d’ingénieur — l’actuel cursus de la FIF —, de post-master et de doctorat. En conclusion, il présente les conditions, à son avis, du succès de l’intégration des formations supérieures forestières françaises dans AgroParisTech.
Description: The merger between the Institut national agronomique de Paris-Grignon, the École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires and the École nationale du génie rural, des eaux et des forêts on January 1, 2007 produced AgroParisTech. The article describes the consequences, both recorded and predicted, of this merger on advanced forestry education in France. It begins by showing that AgroParisTech has acquired international stature and is integrated in the European higher education space (the Bologna process). A distinguishing feature is that it does not offer education at the “Bachelor’s” level. It goes on to analyse the major consequences that the merger is likely to produce at all three of the levels currently offered to train engineers – the current FIF syllabus, the post-master and the doctorate level. Finally, it outlines the conditions the author believes need to be fulfilled to ensure that the incorporation of French higher education in forestry into AgroParisTech is a success.
Publisher: ENGREF, Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts, Nancy, France
Date: 2008

This item appears in the following Collection(s)

Show full item record





Advanced Search